/news/politics
Navigation

De l’histoire au cégep

Un cours obligatoire que Pauline Marois promet de mettre en place

Pauline Marois
Photo les archives, Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a annoncé que le gouvernement ira de l’avant avec l’ajout d’un nouveau cours d’histoire obligatoire au collégial, tout en défendant la future Charte des valeurs québécoise.

Livrant un discours à saveur électoraliste devant près de 200 jeunes militants lors de la clôture de l’Université d’été des jeunes du Parti québécois, Pauline Marois a avoué qu’un nouveau cours d’histoire obligatoire au cégep verra le jour.

«Chaque changement que l’on propose suscite souvent de la résistance. Cependant, je vous assure que nous allons aller de l’avant», a-t-elle convenu, relatant que le dossier était entre les mains du ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne.

Impossible d’obtenir plus de précision quant à la forme que prendra ce nouveau cours, car la première ministre a refusé de répondre aux questions des journalistes.

« L’absence de règles »

Néanmoins, lors de son allocution Mme Marois s’est faite plus révélatrice qu’à l’habitude concernant la Charte des valeurs québécoises qui devrait être déposée cet automne à l’Assemblée nationale par le ministre Bernard Drainville. «Nous avons laissé traîner cet enjeu», a-t-elle indiqué, affirmant l’importance de baliser la neutralité de l’État et de «renforcer notre identité commune».

«Nous devons nous doter une bonne fois pour toutes d’une charte des valeurs québécoises (...) Ce qui divise les Québécois, ce n’est pas la diversité, mais l’absence de règles claires pour évoluer dans l’harmonie», martelant l’importance de «reconnaître» la laïcité de l’État québécois comme une valeur québécoise et miser sur l’égalité entre les hommes et les femmes.

«C’est à mon point de vue une façon de dire que ce qui compte le plus aux yeux des Québécois et des Québécoises en 2013, c’est le principe de l’égalité», a-t-elle ajouté.

Couillard visé

Par ailleurs, la première ministre a réitéré son invitation au chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, à se présenter dès cet automne dans une élection partielle dans le comté de Viau. «Je suis prête à vous accommoder, M. Couillard.

Vous seriez en chambre dès la deuxième semaine d’octobre et si vous voulez vous présenter dans Roberval lors des élections générales, rien ne vous empêchera de le faire.»

De plus, les critiques de Mme Marois ont été dures envers les politiques du chef libéral. «Ils n’ont jamais eu de vision économique durable.

Jusqu’à maintenant, rien n’a changé au Parti libéral: pas d’idées, pas de programme et pas de vision», a-t-elle laissé tomber.

 

Commentaires