/news/currentevents
Navigation
Justice | Agressions sexuelles

Une mère accusée d’abus sur sa propre fille

justice
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de famille fait face à une douzaine de chefs d’accusation à caractère sexuel pour avoir agressé l’une de ses filles avec son ancien conjoint.

La dame de 40 ans – que l’on ne peut nommer pour protéger l’identité des victimes – a brièvement comparu mercredi matin au palais de justice de Québec où elle a été accusée de complicité dans une multitude d’infractions d’ordre sexuel. Les événements reprochés se sont déroulés à Québec entre le 1er juillet 2010 et le 18 décembre 2012, alors que la victime était âgée entre 14 et 16 ans.

La femme fait face à des accusations de contacts sexuels, d’incitations à des contacts sexuels et d’agression sexuelle. Elle est aussi accusée d’avoir poussé sa fille à toucher un tiers alors qu’elle était en situation d’autorité, de l’avoir incité à commettre des actes sexuels interdits et de l’avoir intoxiquée. On lui reproche aussi d’avoir mis en danger les mœurs de ses deux enfants.

Deux victimes

Le principal accusé dans cette affaire est toutefois son ex-conjoint, un homme de 42 ans, de Limoilou, qui fait face à huit chefs d’accusation similaires sur cette victime. Il est aussi accusé d’avoir agressé sexuellement et d’avoir eu des contacts sexuels avec la sœur de cette dernière, qui était âgée entre 12 et 14 ans au moment des faits.

La mère de famille a pu retrouver sa liberté. Elle revient devant la cour le 2 octobre prochain. L’homme, qui détient des antécédents criminels, a quant à lui, comparu en juin dernier et est détenu depuis. Il doit revenir devant le tribunal le 6 septembre pour cette affaire, mais aussi pour quatre accusations de trafic de stupéfiants.

Plainte

Toute cette affaire a débuté en février dernier, alors qu’une plainte a été déposée par l’une des victimes. «C’est l’ex-beau-père qui était cependant visé par cette plainte», a indiqué Pierre Poirier, porte-parole pour la police de Québec. L’enquête a cependant permis d’établir que la mère était également impliquée dans les gestes à caractères sexuels.

— Avec la collaboration de Nicolas Saillant

Commentaires