/news/provincial
Navigation
Magie | Québec

Un tour digne d’Houdini

Simon Pérusse risque sa vie dans une prestation à couper le souffle

Coup d'oeil sur cet article

Le prestidigitateur québécois Simon Pérusse a réalisé un tour spectaculaire, samedi midi, sur le parvis de l’église Saint-Roch, se libérant d’une camisole de force, la tête en bas, accroché à une tour de 10 mètres en feu qui pouvait s’écrouler à tout moment.

Devant la foule apeurée de la troisième édition du Festival de magie de Québec, Simon Pérusse a réussi un tour qu’il n’avait pas fait depuis 15 ans. À 48 ans, il s’agissait de sa dernière prestation de la sorte.

Un grand spectacle de la part de l’organisation, qui grossit chaque année. La corde à laquelle les pieds du prestidigitateur étaient accrochés brûlait et le magicien devait accomplir l’impossible: se libérer d’une camisole de force, sans ses mains, puis détacher ses pieds avant que la corde ne cède. Le temps estimé avant la rupture de la structure était de trois minutes. Comme lors des performances du grand Houdini, le risque de chute était très élevé durant ce type de tour sans truc... ni filet. Si Simon était tombé, il risquait de se blesser gravement. Voyant sa réussite, le public l’a acclamé. «C’est impressionnant», a laissé tomber le jeune Xavier, qui fait lui aussi de la magie depuis plus d’an.

Pour le principal intéressé, ces félicitations sont le fruit de son travail. «C’est un stress particulier. Je m’étais donné le défi personnel de le réussir une dernière fois», a expliqué le spécialiste de l’évasion qui avait tenté ce truc avec la corde en feu pour la dernière fois en 1997.

Angoisse généralisée

Durant son tour, l’une des deux cordes a cédé alors qu’il descendait, un moment plutôt angoissant pour tout le monde. «J’avais hâte d’arriver en bas. Je savais qu’il restait environ 30 secondes à l’autre», dit-il. C’est cette adrénaline qui plaît à Simon. «Lorsque tu y goûtes, ça bat n’importe quelle drogue. C’est quelque chose que tu veux toujours refaire», expliquant être exalté à la suite de cet exploit.

Parmi les grands événements

Cette prestation démontre la croissance du festival, qui double en matière d’attractions année après année. Le festival fait maintenant partie des grands événements de la ville de Québec.

«On est super contents. On est dans le domaine de la magie depuis longtemps et il existe un vrai monde parallèle et on tente de le faire sortir», a signalé Renée-Claude Auclair, la présidente.

Par ailleurs, la député de Taschereau et ministre du Travail, Agnès Maltais, était présente lors du lancement de cette édition. Sans détour, elle a avoué croire à la magie. «À titre d’ex-magicienne ayant pris des cours à l’Université Laval, oui!» Selon elle, un événement qui sort de l’ordinaire comme le Festival de magie a sa place dans la région. «Québec sort de l’ordinaire», a mentionné Mme Maltais.

Commentaires