/entertainment/music
Navigation
El Motor

Un monstre est né

Un monstre est né
Photo courtoisie
Les fichiers audios ne sont plus disponibles

Coup d'oeil sur cet article

L’avenir s’annonçait prometteur pour El Motor quand son premier album éponyme, sorti en 2007, lui a valu deux nominations à l’ADISQ. Il aura quand même fallu six longues années, un intervalle marqué par une tournée avec Louise Forestier, pour que le groupe accouche de son second bébé, Le monstre.

L’avenir s’annonçait prometteur pour El Motor quand son premier album éponyme, sorti en 2007, lui a valu deux nominations à l’ADISQ. Il aura quand même fallu six longues années, un intervalle marqué par une tournée avec Louise Forestier, pour que le groupe accouche de son second bébé, Le monstre.

«Ah, tab...!» s’exclame à l’autre bout du fil, d’un ton mi-agacé, mi-cabotin, le chanteur et guitariste Pierre-Alexandre Bouchard lorsqu’on lui confirme, calculs à l’appui, qu’il s’est bel et bien écoulé six ans entre les deux parutions d’El Motor, une formation née des cendres du groupe Tremolo, actif au début des années 2000.

Le quintette semblait pourtant avoir le vent dans les voiles quand son premier album a paru. Leur musique pop rock léchée, issue de la même mouvance que Karkwa, Malajube et Les Chiens, chatouillait favorablement les oreilles des critiques. Mais tout a basculé quand l’un des piliers de l’étiquette Vega Musique et ardent promoteur du groupe, Michel Gendron, est décédé au moment où El Motor enregistrait son premier clip. Sa disparition a bousillé les plans d’El Motor.

«On n’a pas pu profiter de l’élan qu’on avait», se remémore Pierre-Alexandre Bouchard.

AUSSI FOUS QUE LOUISE

Plutôt que de se morfondre, les cinq musiciens ont décidé de demeurer actifs en s’associant à la maman de leur guitariste Alexis Dufresne, une certaine Louise Forestier.

Dufresne a réalisé l’album Éphémère que sa mère a lancé en 2009, Bouchard a coécrit une des pièces et El Motor est parti en tournée avec Louise Forestier en 2010.

«C’était un match assez naturel avec Louise, remarque Bouchard. Malgré notre différence d’âge, c’est une folle finie et nous aussi. Nous avons d’ailleurs été mis en nomination pour le spectacle de l’année, et c’était pleinement mérité à mon avis. C’était un bel entre-deux. On s’est dit qu’on allait améliorer nos chansons et qu’on sortirait un disque quand ce serait le temps.»

D’UNE ÉMOTION À L’AUTRE

Le temps est finalement venu cette année. Après des mois à fignoler leurs compositions, Bouchard, Dufresne, Frédéric Boivin, Guillaume Devin-Duclos et Pascal Gingras sont retournés en studio sous la direction de Pierre Girard (Mara Tremblay, Gros Mené, Fred Fortin). Cinq petites journées ont suffi pour boucler l’enregistrement de l’album Le monstre, dont le premier extrait s’intitule L’homme-éléphant.

Le titre de l’album renvoie à la pièce Avec le monstre, une longue composition instrumentale en plusieurs mouvements qui évoque le post-rock de Mogwai.

«L’album passe d’une émotion à l’autre, comme cette chanson le fait. Il y a de la joie, de la mélancolie», dit Bouchard, qui croit que Le monstre pourra plaire à un public diversifié.

«Sans dire que c’est un album familial, on ne peut pas dire qu’il est dans une niche de genre. Je crois que la parenthèse est large. On va aller chercher des auditeurs dans plusieurs tranches d’âge, à mon avis.»


Le groupe a fait sa rentrée montréalaise le 4 septembre, au Lion d’Or.

Écoutez «le monstre», le nouvel album de El Motor
Commentaires