/news
Navigation
Sans internet

Pas d’internet, pas de téléphone intelligent, ils vivent comme en 1986

Blair McMillan
Photo Craig Robertson / Agence QMI Blair McMillan

Coup d'oeil sur cet article

GUELPH – Si vous voulez savoir qui était premier ministre du Canada en 1960 et que vous êtes prêts à attendre 10 minutes, Blair McMillan est celui qu’il vous faut.

Pour trouver la réponse, il feuillettera une encyclopédie aux coins écornés qui lui a été donnée par une personne qui se demandait sans doute pourquoi un père de famille de 26 ans ne disposait pas d’une connexion internet à la maison.

C’est que Blair McMillan et sa conjointe Morgan vivent comme s’ils étaient en 1986.

Et ils ont décidé de le faire pour que leurs deux fils, Trey, 5 ans, et Denton, 2 ans, passent leurs loisirs à jouer dehors plutôt que d’avoir les yeux rivés sur une tablette ou sur un écran d’ordinateur.

Toute technologie postérieure à 1986, l’année où le couple est né, a été bannie de leur demeure de Guelph en Ontario. On n’y retrouve donc pas d’internet, pas d’ordinateurs portables, pas de télévision numérique et pas non plus de machine à café sophistiquée.

Lorsqu’ils font des transactions bancaires, ils se rendent en personne à la banque. Pour prendre des photos, ils utilisent un appareil avec pellicule qu’ils font développer à la pharmacie. Au cours de la l’été, la famille a effectué un voyage aux États-Unis. Bien entendu, il était hors de question d’utiliser un navigateur GPS : des cartes routières ont fait l’affaire.

«Nous avons aussi décidé d’élever nos enfants selon la façon de faire de l’époque», explique Blair McMillan.

Moustache et coupe Longueuil

L’Agence QMI a eu l’occasion récemment de passer quelques heures avec la famille.

Jouant le jeu jusque dans son apparence, Blair nous a accueillis en arborant une moustache bien fournie et une coupe de cheveux Longueuil (qui avait néanmoins besoin d’être rafraîchie).

Dans le salon trônaient en évidence une radio à cassettes portable rose bonbon et une console Nintendo branchée à une ancienne télé et sur laquelle un des fils du couple jouait à Super Mario.

«C’est étrange. On a vraiment l’impression de remonter dans le temps», affirme Blair lui-même.

Tout a commencé lorsqu’un jour, Blair a demandé à son fils d’aller jouer avec lui à l’extérieur. L’enfant a refusé, préférant la compagnie d’un iPad à celle de son père. «C’est alors que ça m’a frappé, parce que quand j’étais enfant, je passais mes journées à l’extérieur», dit-il

Au début, Morgan croyait que son conjoint était fou. Mais, aujourd’hui, c’est ce n’est plus le cas : elle s’est remise assidûment à la lecture et n’utilise l’ordinateur qu’au bureau. Elle jure qu’elle n’a pas rompu le pacte familial.

Blair, lui, a été aux prises avec d’étranges effets secondaires lors de son sevrage électronique : des vibrations fantômes. Ayant abandonné son téléphone cellulaire, il avait toujours l’impression de ressentir des vibrations, annonçant un appel ou un texto. Les symptômes ont duré quelques jours, puis cela s’est estompé.

Maintenant, Brian s’est complètement adapté à sa nouvelle vie et il se plaît à défier les gens qu’il connaît. «Comment se passent vos samedis soirs ?», leur demande-t-il, inquisiteur.

Selon Morgan, ce changement a été bénéfique pour la famille : «Nous sommes plus près l’un de l’autre; nous nous parlons davantage.»

 

Commentaires