/news/politics
Navigation
Charte des valeurs

Le gouvernement Marois veut «protéger» les enfants

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Marois veut préserver les enfants de l’influence religieuse et ne permettra pas aux écoles et aux garderies subventionnées par l’État de se soustraire à l’interdiction des signes religieux apparents. Le Parti québécois en appelle désormais au peuple pour faire adopter sa Charte des valeurs québécoises.

Contre vents et marées, le gouvernement péquiste garde le cap et propose d’interdire aux employés des ministères, organismes, écoles primaires et secondaires, cégeps, universités, hôpitaux et garderies subventionnées, de même qu’aux juges, aux policiers et procureurs de porter des signes religieux visibles, comme le révélait Le Journal le mois dernier.

Croix chrétienne et orthodoxe ostensible, voile islamique, kippa juive et turban sikh sont dans la mire du ministre Bernard Drainville, qui a dévoilé hier son projet de Charte des valeurs. «Les signes très discrets ; la petite croix chrétienne, la petite main de Fatima ou encore, que ce soit un croissant étoilé, le croissant islamique étoilé porté sous forme de boucle d’oreille ou l’étoile de David portée en bague, ça ne pose pas de difficulté», a-t-il précisé.

Tollé général

L’initiative du gouvernement a provoqué un tollé d’un bout à l’autre du pays. Ottawa a même d’ores et déjà annoncé son intention de s’adresser aux tribunaux pour en tester la constitutionnalité.

La responsabilité de faire appliquer les règles interdisant les signes religieux visibles incombera aux directions des ressources humaines des ministères et organismes. C’est «le gros bon sens» qui devra les guider, a plaidé M. Drainville.

Les cégeps, les universités, les hôpitaux et municipalités pourront être exemptés. Elles bénéficieront d’un «droit de retrait» d’une durée de cinq ans, qui sera renouvelable, mais qui «ne doit pas être un moyen de s’exempter systématiquement».

Obligatoire dans les CPE et à l’école

Pas question cependant d’accorder ce droit de retrait aux écoles, aux CPE et aux garderies subventionnées par l’État. «On a décidé de protéger les enfants, qui sont une clientèle plus influençable et plus vulnérable. (...) On ne souhaite pas que les enfants soient exposés à quelque influence religieuse que ce soit», a tranché le ministre Drainville.

Les élus québécois – maires, conseillers municipaux et députés - seront épargnés par la Charte des valeurs péquiste.

Le ministre soutient qu’il y a actuellement des «tensions entre Québécois de différentes origines et de différentes confessions» et qu’un encadrement des accommodements religieux ramènera «l’harmonie».

«Un accommodement religieux devrait passer quatre tests : celui de la discrimination, de l’égalité hommes-femmes, de la raisonnabilité et, finalement, de la neutralité religieuse de l’État», a indiqué M. Drainville.

Minoritaire, le gouvernement Marois compte maintenant sur les citoyens pour faire adopter sa Charte : «J’en appelle aux Québécois et je leur dis : Mettez-vous sur le téléphone, si vous êtes d’accord, appelez vos députés, peu importe la formation politique», a lancé Bernard Drainville.

Commentaires