/entertainment/music
Navigation
Jason Bajada

S’immerger dans la francophonie

S’immerger dans la francophonie
photo courtoisie
Les fichiers audios ne sont plus disponibles

Coup d'oeil sur cet article

Jason Bajada n’avait jamais, jusqu’à ce jour, osé se lancer dans la chanson francophone. Puis, un soir de novembre, l’air de la chanson Minolta est venu à lui. C’est à ce moment qu’il a su que le public allait bientôt connaître le fruit de son travail.

Jason Bajada n’avait jamais, jusqu’à ce jour, osé se lancer dans la chanson francophone. Puis, un soir de novembre, l’air de la chanson Minolta est venu à lui. C’est à ce moment qu’il a su que le public allait bientôt connaître le fruit de son travail.

Avant de s’aventurer dans le terrain francophone, Jason Bajada voulait être certain d’être prêt. «J’étais intimidé par la langue. Même si mon père est francophone, toute mon enfance s’est déroulée en anglais. Le cinéma, la musique, la littérature... J’étudiais la langue anglophone, je la voyais imprimée devant moi. Finalement, j’ai écrit une chanson en novembre 2011. J’ai essayé, pour le fun», raconte le musicien, rencontré dans le studio Troublemakers.

Ayant eu la piqûre, l’auteur-compositeur interprète a décidé de s’enfermer dans le chalet de son père, à Morin-Heights, afin de composer le reste de ce qui allait devenir Le résultat de mes bêtises. «Je suis sorti de là avec 12 tounes! On cherche toujours la passion, le feu, comment écrire mieux. J’ai vraiment eu un regain de désir en faisant de la musique en français.»

COMME UNE ÉPONGE

Ayant beaucoup d’amis dans le milieu de la musique francophone au Québec, Jason Bajada ne s’était pas nécessairement attardé à découvrir leur matériel. De Jimmy Hunt à Pierre Lapointe en passant par Salomé Leclerc, il s’y est mis de manière intensive pendant deux ans, question de s’immerger dans la francophonie.

«Je suis allé aux Francos en 2012 et j’ai été invité à aller voir le show de Marie-Pierre Arthur. J’ai été estomaqué par la puissance du live show. Je disais ça à la blague à un de mes amis: ça, c’est le band que je veux en studio. Finalement, c’est le band que j’ai eu!»

FAIRE CONFIANCE

Avec François Lafontaine, Joe Grass et José Major en studio avec lui, Jason Bajada savait qu’il avait entre les mains un trésor à qui il pouvait faire confiance. Et ça a été payant. «Ils m’ont surpris. Les chansons dont je doutais sont rendues mes préférées. Boire leur venin, pour moi, c’était une chanson qui n’était pas censée être sur l’album. Finalement, ils l’ont tellement bien rendue!»


Jason Bajada sera en concert le 26 septembre à 18 h au National, dans le cadre de Pop Montréal.


Le résultat de mes bêtises est disponible dès le 24 septembre.

 

Retrouvez l’album «Le résultat de mes bêtises», de Jason Bajada dès le 24 septembre
Commentaires