/sports/golf
Navigation
Golf

Une année d’ajustements

Sara-Maude Juneau
Photo les archives, AFP La victoire de Juneau lui donne beaucoup d’espoir, alors qu’elle espère retourner sur le circuit de la LPGA.

Coup d'oeil sur cet article

Avec ma première saison qui vient de se terminer au sein du circuit de la LPGA, l’heure est au bilan.

Avec ma première saison qui vient de se terminer au sein du circuit de la LPGA, l’heure est au bilan.

Pour une verte recrue, j’ai vécu une saison d’apprentissage au cours de laquelle j’ai dû apporter passablement d’ajustements, surtout ces dernières semaines. Quand ça va moins bien, tu te poses des questions et tu en viens même à douter de toi. Ça arrive fréquemment lorsque tu rates la coupure, ce qui m’est arrivé à quelques reprises.

Je me suis rendu compte que j’avais besoin de prendre du recul. Quand tu es sur le terrain, parfois, tu ne vois que le négatif. Force est toutefois de constater que je retiens beaucoup d’éléments positifs de ma première saison.

Pendant la saison, j’ai souvent été malade. Parfois, ce n’était pas grand-chose. On parle d’un rhume ou d’une grippe. Mais au golf, ça peut faire toute la différence. Je ne me sers pas de la maladie comme excuse. Mais quand tu vas moins bien et que tu rates la coupure par un ou deux coups, tu te dis qu’en santé, tu te serais qualifiée pour la ronde suivante. Pour cette raison, je me suis enlevé un peu de pression sur les épaules.

Bons pointages

En faisant le bilan, je me suis aperçue que j’ai quand même connu de bonnes performances. Je pense d’abord au Wal-Mart Championship, en Arkansas, où, après deux rondes, je me situais entre les 14e et 20e positions. Dans le New Jersey, au terme de la première ronde, j’étais cinquième, ce qui est excellent.

Encore une fois, j’ai appris beaucoup, surtout lorsqu’il est question des voyages. La saison prochaine, lorsqu’il y aura un décalage horaire, je m’arrangerai pour arriver sur place une ou deux journées avant le tournoi, histoire de me reposer davantage, d’apporter les ajustements nécessaires. Aussi, lorsque je raterai la coupure, je n’hésiterai pas à revenir à Orlando, en Floride, afin de recevoir les conseils de mon entraîneur. Ça coûtera un peu plus cher, mais ce sera de l’investissement.

D’ailleurs, la semaine dernière, j’ai fait une saucette à Québec. J’en ai profité pour travailler avec Pascal Champagne, mon entraîneur physique. Celui-ci m’a préparé un programme de huit semaines afin que je gagne en force. Je gagnerai donc de la distance sur mes coups.

Qualifications

Je suis revenue chez moi, à Orlando, lundi. Après quelques jours de repos, je reprendrai l’entraînement sur le terrain dès octobre. En décembre, je participerai à nouveau aux qualifications en vue de la prochaine saison de la LPGA. Puisque le calendrier n’est pas officiellement terminé, je ne connais pas encore mon rang final.

En raison de mon statut dans la LPGA en 2013, j’accéderai directement au troisième tour des qualifications, qui auront lieu du 4 au 8 décembre, à Daytona Beach, en Floride. Je tenterai de gagner à nouveau ma carte pour la prochaine saison. Pour l’instant, ma concentration n’est pas axée seulement sur ces qualifications. Je pense aussi à la prochaine saison, ce qui me donne la motivation nécessaire pour être prête en décembre.

En attendant octobre, je prendrai les prochains jours pour me reposer. Depuis le début de la saison, en janvier, je ne suis jamais restée au même endroit plus de deux semaines. Il est donc grand temps que je bénéficie de stabilité. Juste à y penser, ça fait tout drôle de dire que je suis de retour à la maison.

— Propos recueillis par Simon Cliche

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.