/opinion
Navigation

Dormir tout haut

Bloc-Parent

Coup d'oeil sur cet article

Ça fait quelque temps que je n’ose plus poser la question au réveil: «Et puis, chérie, as-tu bien dormi?»

Ça fait quelque temps que je n’ose plus poser la question au réveil: «Et puis, chérie, as-tu bien dormi?»

Nous sommes ensemble depuis plus de 15 ans, mais ces dernières années, un problème sournois s’est invité dans notre couple: les troubles du sommeil qui, petit à petit, ont fini par infecter notre vie à deux.

Quand ma blonde s’est mise à m’appeler son «p’tit avion à hélices», j’ai commencé à douter que quelque chose la dérangeait. Remarquez que c’est elle qui a un souci, car, de mon côté, je n’ai pas de problèmes de sommeil. Je dors fort bien. Surtout fort, me dit-elle. Je l’ai même entendue dire à une copine qu’elle dormait toutes les nuits avec un motoculteur de 53 ans.

Le pire, c’est que celui qui ronfle le plus dans un couple est aussi souvent celui qui trouve le sommeil en premier.

N’allez pas croire que nous sommes restés impassibles à souffrir sans tenter de corriger le tir, oh que non. Nous avons tout essayé.

20 $ gaspillés

J’ai d’abord acheté les bandelettes autoadhésives qu’on place sur le nez, un beau 20 $ sacré dans le feu. Je ressemblais à un Indien...qui ronfle! Puis, j’ai ajouté un deuxième oreiller. Je me suis réveillé avec un torticolis. Une amie m’a suggéré un truc de sa grand-mère: coudre une balle de tennis à l’arrière du pyjama pour éviter de dormir sur le dos. Cette nuit-là, on a été deux à ne pas fermer l’œil. Je ne me suis pas aventuré jusqu’à la grosse noix dans la bouche, comme certains le recommandaient. Je dors déjà assez dur...

Rien n'y faisait. Notre vie de couple en souffrait. Pour notre bien-être mutuel, un matin nous sommes allés acheter un très bon matelas pour la chambre d’amis. L’un de nous deux pourra s’y réfugier en cas de vrombissement trop insistant. Finalement, cinq soirs sur quatre, la chambre d’amis fut occupée.

Étonnamment, c’est une affiche chez un dentiste qui m’a décidé de consulter pour venir à bout de mes épisodes de ronflements. On y déclinait le profil type du ronfleur: un homme, de 40 à 70 ans, de forte corpulence et consommateur d’alcool. Qui leur a dit, batinse?

En revenant chez moi, j’ai tapé «problèmes de sommeil» dans Google. Quarante-sept instituts privés se sont affichés. Le traitement du ronflement est devenu un immense marché. Attention aux arnaques, me suis-je dit. Selon les experts, plus de 60 % des personnes en couple perdent de 15 minutes à 5 heures de sommeil par nuit. Ma blonde manque donc, en moyenne, 687 heures de sommeil par année à cause de son gros cylindré de chum à quatre temps!

Hostilité et tension

Mal dormir apporte aussi hostilité et tension; 79 % des couples «ronflants» font de temps à autre chambre à part, et plus de la moitié parle d’un problème accablant pour leur vie à deux. Reste le chant, pratiqué chaque jour, qui peut grandement aider à muscler le pharynx, mais je n’ai ni la patience ni le talent et j’aime encore assez mon entourage.

Cela fait quatre jours que je porte une prothèse mandibulaire. Cet appareil dentaire permet d’avancer la mâchoire inférieure durant le sommeil et de libérer le passage de l’air. Et ça marche.

Fini également, les accommodements raisonnables. Je suis de retour dans le lit king de la chambre principale.

Commentaires