/weekend
Navigation
Hans Was Heiri à la Tohu

Du pareil au même ?

Du pareil au même ?
photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Zimmermann et de Perrot débarquent à la Tohu avec leur spectacle énigmatique qu’est Hans Was Heiri. Dans ce joyeux chaos où le théâtre s’amuse avec la poésie du cirque, l’individualisme sera remis en question.

Zimmermann et de Perrot débarquent à la Tohu avec leur spectacle énigmatique qu’est Hans Was Heiri. Dans ce joyeux chaos où le théâtre s’amuse avec la poésie du cirque, l’individualisme sera remis en question.

Hans Was Heiri ouvre la 10e saison à la Tohu. La troupe suisse composée d’un magicien, d’un DJ et de cinq acrobates donnera vie à l’expression «au bout du compte, c’est du pareil au même», traduction de l’expression suisse allemande qui fait office de titre au spectacle.

«Dimitri de Perrot et moi, ça fait 15 ans qu’on travaille ensemble et tous nos spectacles sont d’abord au tour de notre dialogue. Au fur et à mesure des années, on a réalisé qu’on est devenus comme un couple. Quand vous travaillez longtemps avec quelqu’un, c’est comme un mariage. On commençait à parler pareil, à s’habiller pareil, à être les mêmes personnes. On s’est donc posé la question: qu’est-ce que l’individualité aujourd’hui?», raconte Martin Zimmermann, rejoint au bout du fil en Europe.

C’est donc cette question qui sera au cœur du spectacle Han Was Heiri, qui est décrit comme étant un gros «party théâtral».

SENS DESSUS DESSOUS

La particularité de ce spectacle, c’est l’énorme structure pivotante, séparée en quatre appartements. Parfois, le plancher devient le plafond, formant un univers où les personnages tenteront de s’adapter à l’instabilité. «On a créé une sorte de machine à laver qui peut représenter le monde entier et ça mélange tous les gens ensemble. Il y a un désordre qui ressort et les gens doivent trouver leur propre chemin.»

Zimmermann et de Perrot font également partie de leur création et accompagnent les cinq acrobates sur scène, l’un dans la peau d’un magicien, l’autre dans celle du DJ. «Nous sommes deux oiseaux bizarres qui observent cette société qui évolue d’une drôle de manière.»


Cette réflexion sur l’individu, empreinte de poésie et d’humour, a voyagé un peu partout dans le monde et s’arrêtera à Montréal pour la première fois, à la Tohu, du 1er au 13 octobre 2013.

Commentaires