/opinion/blogs
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Explorez les limites de votre détermination avec Spelunky

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques temps, j'étais sur le web à la recherche d'un jeu intéressant et difficile, auquel je pouvait jouer avec mes amis. Ce faisant, je suis tombé sur Spelunky, un jeu à l'origine pour PC qui avait été remastérisé sur Xbox 360 pour inclure du multijoueurs. Ne possédant pas de Xbox, j'étais déçu... Jusqu'à ce que, il y a quelques semaines, le jeu fut mis en vente pour PS3 et PC! Ravi de cette trouvaille à 20$, j'ai fini par me décider à l'acheter, malgré son mode multijoueur uniquement en local. Je ne suis plus déçu.

Le jeu est un platformer roguelike en 2D, qui vous fait incarner un explorateur en quête de richesses dans une grotte au milieu du désert. Ledit explorateur sans nom se retrouve donc en terrain inexploré, armé seulement de son fouet, quelques explosifs et un paquet de cordes. Déterminé et prêt à affronter n'importe quoi, l'explorateur se voit attaqué tout d'abord par des vipères, des araignées et des chauves-souris... mais éventuellement par des créatures bien plus menaçantes! Malheureusement pour lui, il en faut très peu pour mourir... et une malédiction le ramène constamment à la vie à l'entrée du donjon, en plus de modifier l'intérieur de la caverne à chaque fois qu'il y pénètre.

Après avoir joué plusieurs heures à Spelunky, je me vois obligé de saluer l'exécution de ce jeu qui a été ma foi très bien imaginé. Le style visuel est très beau et la musique agréable, mais ce n'est pas de ça que je veux parler. Même si dans Spelunky le personnage a un équipement de prime à bord très réduit, les mécaniques du jeu offrent une panoplie d'outils au joueur qui, si bien utiliser, rendent la victoire beaucoup plus facile. Par contre, dans le cas contraire, tous ces outils peuvent très bien vous retomber sur le nez et vous blesser ou, encore plus fréquemment, vous tuer. On n'a qu'à regarder la mécanique de lancer d'objets, par exemple. À première vue, ça semble être une mécanique intéressante, mais sans plus. C'est en jouant qu'on découvre que l'on peut non seulement lancer des pierres sur les monstres pour les attaquer, mais qu'on peut aussi lancer un débris quelconque pour déclencher un piège, déplacer un personnage qui veut rester hors d'atteinte, ou encore se faire mal à soi-même à cause de rebond non calculé.

Lorsqu'on essaie Spelunky pour la première fois, on trouve ça drôle. On se dit : "Haha, j'ai essayer de sauter vers la chauve-souris pour la tuer, mais en faisant ça je suis tombé trop bas et je me suis écrasé contre des pics pour mourir. Je m'attendais pas à ça!" Les graphiques accueillant de Spelunky font que les événements qui nous surprennent sont comiques. Après un certain temps, même s'il nous arrive encore plein de petites mésaventures, comme mettre en colère un vendeur qui décide ensuite de nous fusiller en nous traitant de terroriste, on arrive assez rapidement au point ou on se dit : "Merde, c'est pourtant simple... Je dois juste faire attention!" et on apprends petit à petit de chacune de nos erreurs. La coure d'apprentissage se fait très graduellement et, sans qu'on s'en rende compte, on maîtrise de plus en plus toutes les facettes des monstres, des pièges, des objets qui sont placés sur notre route. Avec le temps limité qui est en place, on se sent juste assez pressé pour ne pas vouloir trop prendre de temps à réfléchir, sans pour autant que ce soit une véritable course. Cela force le joueur à analyser rapidement chaque situation pour réussir. Cette particularité, couplée avec toutes les mécaniques de tous les objets qui peuvent êtres trouvées dans la grotte (comme le fusil à toile d'araignées, le téléporteur ou les gants d'escalade) rendent la maîtrise du jeu longue et graduelle, mais certainement possible et très amusante.

Tout ça, c'est quand on joue seul. À deux joueurs ou plus (jusqu'à quatre), le jeu devient encore plus agréable, si ce n'est plus difficile. Et oui : dans Spelunky, vos partenaires ne sont pas seulement une ressource supplémentaire pour vous aider à atteindre la sortie de la grotte, mais aussi une source de dangers de plus. Un manque de coordination est très souvent la raison de la fin d'un explorateur... plus particulièrement quand vous avez un "allié" qui peut vous lancer des roches qui vous assomment et vous font tomber dans la gueule ouverte d'une plante carnivore. Mais je ne veux pas en dire trop : Armez-vous d'un fouet et de votre courage et découvrez les secrets de Spelunky!