/opinion/columnists
Navigation

Le chantage des alumineries

Coup d'oeil sur cet article

On s’habitue à l’éternel chantage grotesque du patronat dès qu’il entend des rumeurs sur des hausses d’impôts ou sur le renforcement des lois environnementales et du travail.

On s’habitue à l’éternel chantage grotesque du patronat dès qu’il entend des rumeurs sur des hausses d’impôts ou sur le renforcement des lois environnementales et du travail.

Afin de soumettre la population à leur agenda, les boss déballent alors leurs sempiternelles menaces de congédiements, de fermetures d’usines, de sous-traitance, de hausse des prix et de poursuites légales.

Préférentiel ou pas, le tarif?

Même si des alumineries du Québec coûtent au bas mot 2,5 milliards $ l’an en tarif préférentiel d’électricité, donc en fonds publics, parole de l’Institut économique de Montréal, et même si en 2010 elles saluaient le tarif privilégié «L» que leur chargeait Hydro-Québec, voilà que trois ans plus tard elles prétendent maintenant que ce tarif préférentiel est beaucoup trop élevé et qu’il menace, rien de moins, la «survie» de l’industrie.

Elles exigent donc une «légère» baisse de 30% du tarif «L», qui le ferait passer de 4,2 cents le kilowattheure à moins de 3 cents, alors qu’avec la nouvelle énergie éolienne privée achetée par Hydro, même si nous aurons des surplus d’électricité jusqu’en 2027, lui coûtera plus de 10 cents le kilowattheure.

Tout un «deal», Hydro paie son électricité actuelle à plus de 10 cents le kWh des grosses compagnies éoliennes étrangères afin de les aider à vivre décemment et elle la revendra aux transnationales étrangères de l’aluminerie présentes au Québec à 3 cents le kWh, afin de les aider et/ou à survivre. Faut pas faire des jaloux. Des B.S. corporatifs qui vivent au crochet de la population qui devra payer pour.

À cet effet, Hydro vient de demander l’autorisation d’augmenter ses tarifs au monde ordinaire de 5,8% l’an alors que les alumineries exigent une baisse de 30%. Pour les alumineries, la notion même de tarif dit «préférentiel» relèverait seulement d’une «légende urbaine». Un peu plus et il accuse Hydro-Québec de les voler.

Au niveau mondial, le tarif «L» se situe au dernier quartile

Tous les moyens sont bons pour les alumineries afin d’endoctriner les gens. Donc, selon leurs prétentions, le tarif «L» d’Hydro-Québec figurerait au dernier quartile mondial formé d’une population d’un «gros» huit pays comprenant les dictatures du Bahrein, du Qatar et des Émirats arabes unis. Les alumineries nous demandent donc d’entrer en concurrence avec ces monarchies. C’est pareil comme si on nous demandait d’abaisser les impôts afin de concurrencer les paradis fiscaux.

Si les alumineries créent tant d’emplois et de richesse collective, pouvez-vous bien nous dire pourquoi des pays comme les États-Unis, l’Allemagne et le Japon ne leur font pas l’offre imbattable de leur vendre de l’électricité à, disons, 2 cents le kWh?

Habituellement, ces pays sont prompts à déballer leurs avantages sonnants afin d’attirer chez eux des investissements structurants. Faut le faire, des transnationales archi-gâtées qui viennent nous jouer leur numéro d’opprimés. Faut dire qu’en plus elles reçoivent de Québec des tonnes de subventions et qu’elles ne paient pratiquement pas d’impôt sur le revenu dans la province.

Par respect pour la population, les gouvernements doivent exiger des alumineries qu’elles cessent immédiatement leurs irrévérencieuses manigances.

Commentaires