/opinion
Navigation

La charte de l’hypocrisie

Coup d'oeil sur cet article

Qu’on se le dise, je suis tout sauf religieux. Quand le gouvernement veut interdire les signes religieux « ostentatoires », mais veut garder le crucifix à l’Assemblée nationale, je vois une profonde hypocrisie. Il n’y a qu’une poignée de personnes au Québec qui disent que ce n’est pas un symbole religieux. Et s’ils ne le disent pas, c’est probablement parce qu’ils veulent se faire réélire.

Qu’on se le dise, je suis tout sauf religieux. Quand le gouvernement veut interdire les signes religieux « ostentatoires », mais veut garder le crucifix à l’Assemblée nationale, je vois une profonde hypocrisie. Il n’y a qu’une poignée de personnes au Québec qui disent que ce n’est pas un symbole religieux. Et s’ils ne le disent pas, c’est probablement parce qu’ils veulent se faire réélire.

Je n’ai aucune croyance particulière quant à l’existence de Dieu. C’est une proposition que personne ne peut résoudre et pour moi, c’est plus simple qu’il ne fasse pas partie de ma vie. La religion a bien sûr eu un impact important sur la société. La religion c’est Noël en famille, les discussions sur le parvis de l’église, les grandes tablées de l’Action de grâce et ce sont les premières écoles et les premiers hôpitaux.

Ça va jusque dans mon nom de famille! Elle a aussi un côté sombre, on peut penser aux enfants de Duplessis, aux chapes de plomb ou encore aux prêtres pédophiles. Ça aussi, fait partie de la symbolique religieuse. Dès lors, je suis plutôt réfractaire à ce qu’une religion puisse dicter ses lois sur quiconque qu’il s’agisse de la Charia, du Talmud ou de la Bible. Et que tous les pédophiles, sans distinctions, soient traduits en justice.

INVÉRIFIABLE

Mais si une personne a une croyance pour l’au-delà, une croyance sincère, spirituelle et qu’elle fait partie intégrante de sa vie, personne ne peut dire si cette croyance est plus valable qu’une autre. Du moment qu’elle ne contredit pas la science ou d’autres droits fondamentaux, une croyance est, de par sa nature, invérifiable.

Et c’est principalement pour cette raison que je m’oppose à cette charte des valeurs. Une personne qui affiche une croyance religieuse sincère ne devrait pas se le faire interdire au nom de «nos valeurs».

Cette interdiction ne cherche pas à combattre les effets pervers de la religion, mais cherche à les masquer. Au passage, on limite le droit d’individus à exprimer leurs croyances sincères. C’est un peu comme limiter notre liberté de parole parce que certains s’en servent pour assujettir des femmes.

On ne brûle pas la maison parce qu’il fait froid la nuit.

LEÇON CATHOLIQUE

Si je comprends une leçon de la religion catholique, c’est celle qui dit de ne pas faire à autrui ce qu’on ne veut pas faire à soi-même. La proposition d’interdiction des signes religieux ne règle rien, bafoue des droits fondamentaux d’une minorité et fait à autrui ce que nous ne sommes pas prêts à faire, notamment avec les symboles catholiques. Voilà peut-être ce que le gouvernement a négligé dans toute cette histoire. Et voilà pourquoi ce projet ne mérite rien d’autre... que le crucifix.

 

Commentaires