/opinion
Navigation

Malaise chronique

Gilles Parent

Coup d'oeil sur cet article

J’ai avalé mon café de travers l’autre matin, en jetant un coup d’œil sur les résultats d’un sondage Léger Marketing classant la confiance des gens à l’égard des différents métiers.

J’ai avalé mon café de travers l’autre matin, en jetant un coup d’œil sur les résultats d’un sondage Léger Marketing classant la confiance des gens à l’égard des différents métiers.

Par chance, les Québécois ne mettent pas tous les métiers dans le même sac d’indignité. C’est ça de gagné. Naturellement, les intervenants de premiers soins et les professionnels liés à la santé occupent le haut du pavé: entre 76 % et 94 % de taux de confiance du public. Des gens jugés proches et utiles socialement.

À seulement 12 %, les politiciens sont derniers de classe. Euh, presque. Seuls les vendeurs d’autos d’occasion font pire sur les 66 professions recensées.

Depuis des années, le Québec s’enfonce dans une spirale de scandales, plus importants les uns que les autres. Rien pour ramener l’électorat à des sentiments plus positifs. Chaque nouvelle polémique résonne comme un véritable coup de tonnerre.

À qui se fier? À qui faire confiance? Le décalage semble de plus en plus grand entre les intérêts du public et les visées personnelles de la classe politique.

Confiance

Ironie du sort, tous les élus utilisent le mot «confiance» à toutes les sauces et à tout moment, sachant qu’il s’agit d’une préoccupation fondamentale dans la population. Or, si tout le monde cherche à regagner la confiance de tout le monde, c’est bien qu’elle s’est perdue à un moment donné, non?

Regardons-y de plus près et voyons quelques raisons de douter de l’intégrité des élus.

Pensons d’abord à la commission Charbonneau qui, jour après jour, rappelle aux citoyens à quel point ils n’en ont pas pour leur argent dans la gestion des fonds publics. C’est éclairant, mais désespérant.

Jetons ensuite un coup d’œil à l’autre bout de la 20. La ville de Montréal a vu passer quatre maires en un an et demi. Sa voisine Laval a fait pire. Son maire aux sept vies, Gilles Vaillancourt, s’est avéré une canaille de haut niveau. Lui et 37 autres véreux citoyens sont accusés de gangstérisme, détournement de fonds et fraudes multiples.

Mais attendez, ce n’est pas tout! Le possible futur premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est empêtré dans sa relation jadis serrée avec Arthur Porter qui vient d’être arrêté pour fraude dans la construction du super hôpital de Montréal.

Promesses brisées

Et le PQ? De la taxe santé aux redevances minières, en passant par les coupes à l’aide sociale, on ne compte plus les promesses brisées de ce gouvernement. Par ailleurs, la douteuse nomination de Daniel Breton et la tout aussi discutable place faite à New York pour André Boisclair, dont l’appartenance à la famille péquiste aura été son meilleur atout, jettent un autre discrédit sur le parti de madame Marois. Que dire aussi des quatre nominations express au Conseil du statut de la femme ou de la mise en place de l’inutile commission Ménard sur le printemps étudiant?

Dans une époque où la suspicion ébranle le vivre-ensemble, il faut que les politiciens prennent au sérieux notre désir de justice et d’honnêteté. La confiance se mérite et la pente à remonter est abrupte.

Commentaires