/spsections/sotchi
Navigation

Père et maire à la fois

Bloc Maltais

Coup d'oeil sur cet article

Un stress s’est envolé pour mon père quand il a appris, il y a deux semaines, qu’il avait été élu par acclamation comme maire de Petite-Rivière-Saint-François.

Un stress s’est envolé pour mon père quand il a appris, il y a deux semaines, qu’il avait été élu par acclamation comme maire de Petite-Rivière-Saint-François.

Ce doit être un signe que la population est satisfaite du travail qu’il a accompli. Son passé de policier à la Sûreté du Québec et son expérience dans les activités syndicales l’aident sûrement à accomplir ses fonctions. Il est très dévoué et reconnu pour faire son travail honnêtement.

Il s’attaquera donc à son deuxième mandat et, ce qui est amusant, c’est que ça coïncide encore avec ma préparation finale pour les Jeux olympiques. Avant les Jeux de Turin en 2006, il avait été défait dans la course à la mairie. Quatre années plus tard, c’était dans la foulée pour les Jeux de Vancouver, et il avait été élu à sa deuxième tentative. Je me souviens que ça avait été la fête.

Les seuls Maltais

Être maire d’un petit village de 700 habitants représente quand même beaucoup de responsabilités. Il lui a fallu les quatre dernières années pour s’habituer à la tâche. Avec l’affluence qu’il y a en hiver, les constructions de condos, les développements résidentiels et les projets au Massif, le travail ne manque pas. Quand Daniel Gauthier demande à le rencontrer au sujet d’un projet de plusieurs millions, il doit être prêt!

Nous sommes la seule famille Maltais à Petite-Rivière, ce qui a peut-être rendu plus difficile l’accès à la mairie pour mon père. Mes parents y habitent depuis 32 ans, ils ont fait leur place petit à petit et ne sont plus perçus comme des intrus. Aujourd’hui, tout le monde sait qui est Gérald Maltais et ça contribue à faire augmenter mon sentiment d’appartenance.

À Sotchi

À travers ses fonctions, il est presque assuré que mon père viendra à Sotchi. Chaque athlète est autorisé par le Comité olympique canadien à amener deux invités et nous sommes en train de finaliser le voyage.

Il sera probablement accompagné d’un de mes commanditaires de Québec, Denis Lefrançois. Pour ma mère, ce serait trop de stress. Juste à la Coupe du monde à Stoneham, elle attend au chalet plutôt que d’assister à mes courses!

Ce seront mes derniers Jeux olympiques et j’aimerais que mon père les vive avec moi. Je sais qu’il souhaite y être aussi, mais il n’a jamais voulu s’imposer dans des projets comme celui-là, de peur de me déranger.

Je m’amuse souvent à dire que j’ai un père qui est aussi maire à la fois! Mon père qui est maire et moi championne de la Coupe du monde de snowboard, disons qu’on a réussi chacun à sa façon à se démarquer dans le village...

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires