/entertainment/tv
Navigation

Dix millions de clics depuis sa création

La websérie Fiston jouit d’un engouement sans précédent

Jonathan Roberge
Photo courtoisie L’auteur, réalisateur et comédien Jonathan Roberge cumule 75 capsules de sa websérie Fiston.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa quatrième saison dont l’engouement est sans précédent, la websérie Fiston a franchi 10 millions de clics depuis sa création. Jonathan Roberge se réjouit de la popularité de son célèbre personnage de père qui lègue à son fils de «mauvais bons conseils», même si le comédien et réalisateur doit encaisser des insultes chaque jour.



Créées par celui qui nous avait donné Contrat d’gars, plusieurs capsules dépassent largement 300 000 visionnements, un grand succès pour une websérie québécoise. À chaque mise en ligne, les vidéos attirent instantanément plusieurs dizaines de milliers de clics sur le portail Sympatico.



Deux fois par semaine, on retrouve un personnage de père déjanté, sympathique, barbu et tatoué, qui lègue un testament visuel à son fils, lui prodiguant avec un humour plutôt vulgaire un héritage de conseils sur les aléas quotidiens de la vie, comme sur le mariage, les voitures, les relations, l’école...



Assis à une table de cuisine, souvent bière à la main, Jonathan Roberge exprime la réalité de façon très crue, très directe.

L’auteur, réalisateur et comédien cumule 75 capsules d’environ trois minutes et les idées jaillissent encore pour d’autres saisons, même s’il croyait avoir fait le tour après trois.



«On peut prendre n’importe quel sujet et le décortiquer, affirme-t-il. C’est à l’infini ce qu’on peut faire avec ça. J’ai encore plein d’idées, mais je me dis qu’à un moment donné, les gens se tanneront peut-être du concept. Mais ceux qui sont fidèles connaissent les répliques par cœur.»



Insultes

Jonathan Roberge ne se censure pas. Affirmant ne pas recevoir de critiques négatives de la part des plus jeunes, le créateur s’attire toutefois l’indignation d’un public plus âgé, moins amusé par les conseils du personnage.



«Il n’y a pas une journée où je ne me fais pas insulter. En humour, c’est un combat dans lequel tu ne dois pas embarquer.»



Au départ, Jonathan Roberge, qui s’est entouré des auteurs Mathieu Genest, Martin Philippe et Pierre-Bruno Rivard, avait écrit Fiston pour publier ses textes sous forme de livres, puis il a finalement eu l’occasion de l’adapter pour en faire une websérie. Mais il n’exclut pas la possibilité de publier un jour d’autres textes sous ce format.



Jonathan Roberge est aussi chroniqueur à l’émission Entrée principale, à Radio-Canada, en plus d’être auteur pour Jean-Michel Anctil et réalisateur sur plusieurs projets.


Commentaires