/news/politics
Navigation
Politique

Primes généreuses à la SAQ

Coup d'oeil sur cet article

Le président et chef de la direction de la Société des alcools du Québec, Philippe Duval, a vu son revenu d’emploi majoré de 34 308$, cette année, et atteint 377 390$.

 

Le président et chef de la direction de la Société des alcools du Québec, Philippe Duval, a vu son revenu d’emploi majoré de 34 308$, cette année, et atteint 377 390$.

En plus d’une augmentation de salaire de 5 % qui lui a valu une somme de 17 154$, M. Duval a eu droit à un boni de 5 % qui signifiait une deuxième bonification de 17 154$. Le pdg de la SAQ avait droit à recevoir un boni de 15 % qu’il accepté de réduire à 5 %, a plaidé un porte-parole de la SAQ, M. Renaud M. Dugas.

M. Dugas explique les avantages consentis à son patron par la performance commerciale de la SAQ. «L’an dernier, la SAQ a eu une performance exceptionnelle, on a versé 1,03 milliard$ au gouvernement. M. Duval a atteint tous les objectifs fixés par le c.a.» Une augmentation de 34 308$, ça correspond au salaire annuel d’un employé, signale la présidente du Syndicat des employés de la SAQ, Katia Lelièvre.

Prime de rétention

Un autre haut salarié de la SAQ, M. José Chagnon, directeur de l’optimisation, s’est vu octroyer une prime de 39 600$, l’an dernier. L’intention était de le retenir au sein de l’entreprise. «M. Chagnon occupe un poste clé, il s’agit d’une prime de rétention», a dit M. Dugas. Il n’a pas été possible de connaître le salaire de M. Chagnon.

Les ventes de la SAQ ont bondi de 2,5 %, atteignant 2,9 milliards, en 2012-2013, et le dividende versé au gouvernement fut de 1,03 milliard, en hausse de 3,1 %. Katia Lelièvre apporte des bémols: «La SAQ a prévu des ventes trop grandes pour sa capacité (...) On dépasse les objectifs parce qu’ils coupent dans le personnel.» La présidente en veut pour preuve que les cotisations syndicales payées par les employés ont stagné, l’an dernier, alors que les salaires ont augmenté de 2 %.

Vieillissement

Par ailleurs, voyant sa clientèle vieillir, la SAQ entrevoit un ralentissement à long terme de ses ventes de boissons alcoolisées. «En 2026, les personnes de 65 ans et plus formeront plus de 24 % de la population. Les personnes qui avancent en âge diminuent habituellement leur consommation d’alcool. La SAQ devra considérer de nouvelles pistes de revenu si elle souhaite verser des dividendes en croissance à son actionnaire», préviennent les auteurs du Plan stratégique 2013-2015.

«C’est vrai qu’il y a vieillissement de la population. On s’adapte à nos clientèles, nous trouvons de nouvelles façons de développer leurs intérêts. Nous sommes de plus en plus présents sur les réseaux sociaux», expose Renaud Dugas.

Commentaires