/spsections/sotchi
Navigation

Il y a une vie après le ski

Bloc Guay

Coup d'oeil sur cet article

C’est fait, je viens de ressortir d’une autre blessure majeure. J’ai encore réussi.

C’est fait, je viens de ressortir d’une autre blessure majeure. J’ai encore réussi.

Oui, en bon québécois, je dirais que je commence à être vraiment tanné des blessures à répétition. Chaque fois, ça sollicite le moral. Mais chaque fois, je n’ai pas de réponse à ceux qui me questionnent si ça me fait réfléchir à l’idée de la retraite.

Il y a plusieurs façons d’analyser la question. D’abord, j’adore toujours le ski. J’adore la compétition et c’est la première raison pour laquelle je continue. Je ne cacherai pas que ça me permet également de bien gagner ma vie. Tant que j’ai la santé et la passion, je veux aller chercher le plus de revenus possible afin d’assurer la sécurité de ma famille.

J’ai réalisé, au cours derniers mois, comment j’avais encore cette passion. J’ai passé presque sept mois à m’entraîner uniquement en salle et, dans les derniers jours, je n’en pouvais plus. Au début du mois de novembre, il était vraiment temps que je parte pour le Colorado et que je retourne en skis.

PENSER À L’AVENIR

Par contre, j’en suis rendu à considérer que, si je subissais une autre grave blessure, je penserais sérieusement à mon avenir. Si je devais me défaire encore un genou, je m’engagerais dans une bonne réflexion. Je ne veux pas non plus arriver à l’âge de 40 ans et avoir de la difficulté à marcher à cause de graves problèmes aux genoux.

J’ai une famille et je dois avoir un bel avenir à lui consacrer. Je veux continuer d’avoir une belle qualité de vie. J’espère être capable de jouer à la tag ou à cache-cache avec mes enfants.

Après tout, il y a une vie après le ski...

CE N’EST PAS FINI

Pour l’instant, je ne peux pas encore considérer que la prochaine malchance m’approchera définitivement de la retraite. Dans mon esprit, je me concentre sur ma saison à venir. Je viens de passer au travers de cette blessure et s’il m’avait fallu prendre un mois de plus de rééducation, je l’aurais fait.

Je continue de croire que ce n’est pas terminé et que j’ai encore du bon ski dans le corps. J’ai toujours dit que j’avais trois objectifs majeurs dans ma carrière: gagner un globe de cristal, devenir champion du monde et gagner une médaille olympique. J’ai réalisé les deux premiers objectifs et je m’attaque maintenant au troisième.

Non, ce n’est pas fini. J’ai encore des choses à prouver...

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires