/entertainment/movies
Navigation
Vince Vaughn

L’ADN de Vince Vaugn

Coup d'oeil sur cet article

BEVERLY HILLS | Starbuck s’est métamorphosé en Donneur anonyme avec Vince Vaughn reprenant le rôle de cet aimable «loser» dont le passé comme donneur de sperme l’a rendu papa des centaines de fois. Mais, rareté chez les grands studios Hollywoodiens, Ken Scott, qui avait coécrit et réalisé le film original a été engagé pour être à la barre du remake, s’assurant ainsi que rien d’important ne serait modifié. Et c’est d’ailleurs ce qui a convaincu Vince Vaughn de sauter à pieds joints dans le projet.

BEVERLY HILLS | Starbuck s’est métamorphosé en Donneur anonyme avec Vince Vaughn reprenant le rôle de cet aimable «loser» dont le passé comme donneur de sperme l’a rendu papa des centaines de fois. Mais, rareté chez les grands studios Hollywoodiens, Ken Scott, qui avait coécrit et réalisé le film original a été engagé pour être à la barre du remake, s’assurant ainsi que rien d’important ne serait modifié. Et c’est d’ailleurs ce qui a convaincu Vince Vaughn de sauter à pieds joints dans le projet.

«Ce qui m’a intéressé, c’est que Ken Scott a non seulement écrit, mais aussi dirigé le film. C’est un réalisateur et un conteur passionné. Il était donc passionné par le fait de raconter son histoire au public américain. C’est cela qui a généré le déclic pour moi, car j’aurais été moins intéressé si un autre réalisateur avait été choisi ou que c’était simplement un remake. En rencontrant Ken, j’ai été reconnaissant de pouvoir découvrir un réalisateur qui est un excellent conteur d’histoire», a expliqué Vince Vaughn dont c’est la sœur qui lui a fait découvrir Starbuck.

«Quand on voit Donneur anonyme, on y trouve beaucoup de l’ADN de Ken. De nos jours, un film est soit une comédie, soit un drame, soit du sentiment. Mais l’une des choses que j’ai appréciées est que celui-ci est vraiment imprévisible. On ne sait jamais, d’une scène à l’autre, si on va être ému ou tendu. Et c’est ce qui m’a le plus intéressé», a-t-il ajouté.

Registre différent

Le rôle de David Wosniak a permis à l’acteur de montrer des côtés de sa personnalité cinématographique rarement vus. Connu pour une pléthore de comédies comme Célibataires en cavale, Vive la fraternité et Garçons sans honneur, l’acteur de 43 ans a changé de registre pour Donneur anonyme et joue aux côtés de Chris Pratt et Cobie Smulders qui incarnent respectivement son meilleur ami et sa conjointe.

«Mon travail a été rendu tellement facile par Cobie et Chris parce que mon personnage ne fait qu’intégrer la manière dont ces deux-là le voient. Ils disaient leurs répliques et j’y réagissais.»

Cela signifie-t-il qu’on pourrait le voir dans des rôles plus gentils et plus réactifs? «Je pense qu’on est attiré par des projets différents en fonction des étapes de la vie. Et cela change les personnages qu’on joue à 23 ans ou à 43 ans. Pour ma part, j’ai senti que Ken et ce projet arrivaient à point, j’avais envie de revenir au genre de films dans lesquels j’avais joué étant plus jeune. Mais je suis ouvert au fait de jouer dans des comédies pour adultes, dépendant de l’histoire», a-t-il dit.

Être père

Dans la vraie vie, la naissance de ses deux enfants – il est marié depuis janvier 2010 à Kyla Weber, une agente immobilière canadienne – lui a appris qu’il était peut-être temps de mettre son passé de trouble-fête de côté.

«Je me suis marié sur le tard et, Dieu merci, ma femme a pu tomber enceinte rapidement», a-t-il commenté de la naissance, en 2010, de sa fille Locklyn. «Pour notre deuxième enfant, nous nous y sommes mis alors que j’étais en plein tournage. Je l’ai appris pendant le temps des Fêtes, ma femme est arrivée avec une décoration pour le sapin de Noël sur laquelle on voyait un petit personnage portant un chapeau de père Noël. C’était super!», a-t-il confié en parlant de son fils Vernon, né en août dernier.

Vince Vaughn est le premier à admettre que le fait d’avoir des enfants l’a ouvert à un nouveau monde et il a d’ailleurs des conseils pour les autres papas.

«En tant que père, la meilleure chose que vous puissiez faire est d’aimer la mère de vos enfants. C’est la chose la plus importante. Même si les parents ne s’entendent pas, ils devraient se respecter et être gentils l’un envers l’autre. Je crois qu’il faut apprendre aux enfants à choisir avec qui ils veulent être et à bien se connaître.»

Né dans le Minnesota et élevé en Illinois, Vince Vaughn, dont les parents – sa mère est Ontarienne – ont divorcé quand il était adulte, ne fait pas mystère du respect qu’il voue aux femmes, lui qui a été élevé avec deux sœurs.

«Nous sommes très proches. Je crois qu’on peut survivre au fait de vouloir se tuer quand on est petit, du moins dans notre cas. Aujourd’hui, elles sont mes meilleures amies.»

Commentaires