/opinion/columnists
Navigation

Les services de garde éducatifs : un outil indispensable

Coup d'oeil sur cet article

Si l’on juge la performance d’un système éducatif à sa capacité de décerner des diplômes dans un temps requis et au plus grand nombre, il semble évident que la voie la plus prometteuse est d’accueillir les élèves les plus compétents ou les moins vulnérables au point de départ.

Si l’on juge la performance d’un système éducatif à sa capacité de décerner des diplômes dans un temps requis et au plus grand nombre, il semble évident que la voie la plus prometteuse est d’accueillir les élèves les plus compétents ou les moins vulnérables au point de départ.

Sans que ce soit le but recherché, la politique de subventions aux écoles privées démontre que la qualité des candidats pèse très lourd dans la prédiction de la réussite éducative. Les écoles privées écrèment les écoles du système public de leurs meilleurs éléments, ce qui se reflète clairement dans les taux de réussite et dans le palmarès des écoles.

Cela nous indique, comme principe général, que nous avons tout intérêt à ce que nos enfants arrivent bien préparés à fréquenter l’école dès le primaire si nous voulons améliorer nos chances de réussite du plus grand nombre.

PÉRIODE CRITIQUE

Les préalables à la réussite scolaire se développent dès les premiers jours de vie. Le cerveau des jeunes enfants se développe selon une séquence de périodes critiques qui s’étalent pour la plupart de la naissance à 4 ans. C’est durant cette période que se développent les compétences sociales, le langage, les symboles, les nombres, le contrôle des émotions. Cette période de la vie représente pour certains enfants un temps de grande vulnérabilité, parce que leur environnement proche n’arrive pas à leur fournir des contextes de stimulation et d’accompagnement propices au façonnement de leur cerveau.

L’Institut de la statistique du Québec a récemment publié une importante enquête sur le développement de tous les enfants inscrits à la maternelle au Québec. Qu’est-ce qu’on y apprend? D’abord, une bonne nouvelle: 74% de nos enfants sont fin prêts à entreprendre l’école. C’est déjà ça de gagné! Rien n’empêche, 26% des enfants présentent des problèmes dans au moins une des dimensions essentielles de leur développement, 10% dans au moins deux dimensions.

VULNÉRABILITÉ

On dit de ces enfants qu’ils sont vulnérables. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils sont condamnés au décrochage. Toutefois, cela veut dire que leur vie scolaire risque d’être pas mal plus compliquée. C’est comme si alors que la plupart de leurs petits camarades embarquent dans le TGV de la réussite scolaire, eux doivent se contenter d’un petit train local qui arrête trop souvent et un peu partout. Certains n’arriveront pas à destination. Et dans ce petit train poussif, on trouve surtout plus d’enfants de milieux défavorisés, plus de garçons que de filles et plus d’enfants allophones. On apprend aussi dans cette enquête que les enfants qui ont fréquenté un service de garde arrivent mieux préparés à l’école, même et surtout ceux de milieux défavorisés.

L’accès à des services de garde éducatifs de qualité est un atout essentiel et indispensable à un système éducatif performant. Un système éducatif performant doit pouvoir compter sur ces services de garde éducatifs de qualité, sans quoi il doit accueillir trop d’enfants vulnérables pour lesquels il se voit obligé de déployer d’énormes ressources qui drainent les capacités du système.

Commentaires