/spsections/sotchi
Navigation

Mon coup de cœur

Bloc Maltais

Coup d'oeil sur cet article

Je pars demain pour une station de ski en Autriche qui est devenue littéralement mon coup de cœur avec les années: Hintertux.

Je pars demain pour une station de ski en Autriche qui est devenue littéralement mon coup de cœur avec les années: Hintertux.

Nous logeons au même hôtel depuis cinq ans et je peux dire que les propriétaires, un couple dans la soixantaine, sont maintenant mes amis. Cet hôtel est une valeur sûre. On y dort bien, la nourriture est excellente et les repas en soirée sont typiques de cette région du Tyrol avec trois ou quatre services. Les journées se terminent généralement par un spa ou un sauna au sous-sol de l’hôtel.

Le Tyrol est un paradis, autant pour les adeptes du ski que de planche à neige. La qualité et la quantité de neige y sont assurées. Dans la région où l’on va, il y a quelque 115 stations de ski. Les Autrichiens peuvent se procurer un billet qui leur permet de fréquenter toutes ces 115 stations. Seulement à Solden, c’est connu qu’une personne peut y skier une semaine sans passer par la même piste.

Vraiment, c’est la grosse affaire, avec du ski à 3000 m d’altitude et des trains qui circulent dans le roc pour y accéder. Toutes les auberges ont conservé leur cachet rustique et sont toujours bien tenues. Pour la plupart, elles ont été léguées d’une génération à la suivante.

Riche tradition

Tous les sports de glisse sont populaires: ski alpin, ski de fond, planche à neige, saut à ski. On y voit même les enfants glisser dans les bonnes vieilles luges en bois.

Là-bas, tout skieur est traité comme une star du rock. Un jour, on était dans une auberge et le proprio, un homme d’environ 80 ans, était rivé devant sa télé de 18 po pour regarder une Coupe du monde de saut à ski. Au Québec, on ne croirait jamais assister à cette scène. De toute façon, on n’a même pas de véritable équipe nationale de saut à ski!

Ça illustre l’importance des traditions liées aux sports de glisse dans ce pays. Il y a souvent de petites remontées mécaniques pour les enfants ou des pistes de ski de fond carrément dans les villages.

Vive l’après-ski!

Évidemment, l’après-ski n’est pas mauvais. C’est même reconnu. Le vin chaud est populaire et la Weissbeer est toujours bonne, mais je ne peux pas me permettre d’en boire à cause du gluten.

Dans toutes les stations, le chalet où il y a de l’ambiance est facile à repérer. Il y en a deux ou trois au sommet, d’autres au milieu et à la base. On y entend de la musique tyrolienne typique, un peu comme nos bons vieux rigodons ou chansons à répondre, mais en allemand. Plaisir authentique assuré!

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires