/spsections/sotchi
Navigation

La croisière s’amuse

Bloc MM Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de la paperasse interminable à remplir et c’est compliqué pour eux d’obtenir les visas, mais ça n’a pas découragé mes parents pour venir assister à mes épreuves aux Jeux olympiques de Sotchi.

Il y a de la paperasse interminable à remplir et c’est compliqué pour eux d’obtenir les visas, mais ça n’a pas découragé mes parents pour venir assister à mes épreuves aux Jeux olympiques de Sotchi.

Je suis franchement contente que ça fonctionne. Évidemment, j’aurais aimé que mes trois frères et ma sœur les accompagnent, mais le coût d’un tel voyage a eu raison de leurs intentions. Il y a aussi le fait qu’il est difficile pour eux de rater l’école durant une si longue période.

C’est toujours rassurant de savoir que des membres de ma famille seront près. Sauf mon grand frère Olivier, tout mon monde était venu à Vancouver et ils avaient adoré leur séjour. En 2010, j’avais juste 20 ans et je participais aux Jeux d’abord pour acquérir de l’expérience. Ma famille avait pu constater comment j’avais vraiment «tripé». Quatre années plus tard, ce sera tout aussi spécial de savoir que mes parents seront là, si loin de la maison.

Sur le bateau

Ce qui est amusant et différent, cette fois-ci, c’est de savoir que mes parents logeront sur un bateau de croisière qui sera amarré le long de la côte de Sotchi. Un couple d’amis de Saint-Nicolas feront aussi le voyage avec eux.

Ils ne seront pas totalement dépaysés puisque, en plus de leurs amis québécois, ils habiteront sur le même bateau que les parents de mon copain, Travis Ganong, qui est membre de l’équipe américaine. Mes parents connaissent bien ceux de Travis pour les avoir déjà rencontrés chez eux, à Lake Tahoe. Qu’ils vivent les Jeux ensemble sera aussi spécial pour eux, j’en suis convaincue.

Du temps pour la visite

Les Jeux étant ce qu’ils sont, je ne suis pas certaine, par contre, que j’aurai plusieurs occasions pour voir ma visite. Entre les courses et les entraînements, je sais que les trous se font plutôt rares dans l’horaire. Il faut éviter les distractions et s’assurer de garder son focus sur la course à venir. Quand on planifie bien, toutefois, c’est toujours possible de se croiser et je ne manquerai pas de m’assurer de leur donner rendez-vous quelque part pour qu’on passe du bon temps.

Ce sera d’autant plus difficile de provoquer une occasion de se voir, puisque mes parents n’arriveront à Sotchi que durant la deuxième semaine. C’est dans cette semaine que sont prévus le slalom géant, le mardi 18, puis le slalom, le vendredi 21.

C’est dommage puisqu’ils rateront le super-combiné qui se tiendra le lundi 10. Je comprends qu’il leur fallait faire des choix depuis que je connais maintenant les difficultés à organiser leur voyage et surtout les coûts qui y sont rattachés.

Mais au moins, ils seront là avec moi!

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

 

Commentaires