/spsections/sotchi
Navigation

Chaud au cœur

Bloc Guay

Coup d'oeil sur cet article

J'ai déjà reçu quelques honneurs dans ma carrière, mais j'avoue que ce geste de la station Mont-Tremblant de donner mon nom à une piste me fait vraiment chaud au cœur.

J'ai déjà reçu quelques honneurs dans ma carrière, mais j'avoue que ce geste de la station Mont-Tremblant de donner mon nom à une piste me fait vraiment chaud au cœur.

C'est chez moi et c'est ma montagne. C'est pourquoi, on dirait, que ça me touche encore plus.

Je savais depuis cet été que Tremblant avait ce projet. Pour le 75e anniversaire de la station, les dirigeants m'avaient informé qu'ils souhaitaient faire quelque chose de spécial, et lorsqu'ils m'ont indiqué ce en quoi ça consistait, j'ai répondu: «Wow, c'est incroyable!»

UN BON CHOIX

La piste «Grand Prix» devient donc la «Erik Guay». Ce n'est peut-être pas la plus difficile de la montagne, mais ça demeure quand même une bonne piste. On l'emprunte souvent pour des fins d'entraînement.

Il y a aussi une logique derrière ce geste. Dans le passé, nous avions déjà abordé comment ce serait une bonne idée de convertir la «Grand Prix» en piste d'entraînement pour les skieurs de haut calibre. Ce projet signifierait élargir la piste afin d'y installer un système d'enneigement artificiel, mais ça demeure pour l'instant dans les plans. Il y a souvent de la politique dans ce genre de projets.

CONTENT POUR JASEY-JAY

Je suis content pour Jasey-Jay Anderson, qui a reçu le même honneur que moi. «Ma» piste se situe sur le versant sud de la montagne, alors que celle qui s'appellera dorénavant la «Jasey-Jay Anderson» est l'ancienne «Géant» qui se trouve sur le versant nord. C'est aussi une bonne piste, assez pour me permettre parfois d'y tenir des entraînements en super-G.

Sans dire qu'il est un ami d'enfance, je connais bien Jasey-Jay. Il est âgé de six ans de plus que moi, mais on a fréquenté la même école à Sainte-Agathe. On s'est croisés à quelques reprises durant nos carrières respectives. Je sais qu'il est très heureux de cette attention reçue.

C'est flatteur pour moi puisque le dernier skieur à avoir reçu un tel honneur est sans doute Peter Duncan, qui a pris sa retraite depuis longtemps. Quand ils ont appris cette nouvelle, mes amis de l'équipe canadienne n'ont pas manqué de me taquiner gentiment, mais ça va avec l'atmosphère qu'il y a dans l'équipe. Disons que j'aime mieux pour l'instant avoir mon nom sur une piste de ski que sur une rue!

PRIVILÉGIÉS AU QUÉBEC

Cette marque de reconnaissance m'a permis de constater à quel point on est chanceux au Québec. Les Québécois sont passionnés de sports. Avant la Coupe du monde de Lake Louise, il y avait une activité à Calgary et seulement deux ou trois médias y ont assisté. Quand je suis arrivé à Mont-Tremblant pour l'annonce, il y avait une vingtaine de journalistes et des caméras qui nous attendaient, Jasey-Jay et moi.

À bien y penser, il y a un autre volet à cette annonce qui me touche beaucoup: mes enfants vont grandir en se disant qu'ils pourront aller skier sur la «Erik Guay»...

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

 

Commentaires