/news/currentevents
Navigation

Il se retrouve paralysé à 17 ans après une mise en échec ratée

Il se retrouve paralysé à 17 ans après une mise en échec ratée
Photo Courtoisie Anthony Letourneau - Joueur paralysé

Coup d'oeil sur cet article

Un joueur de hockey de 17 ans risque de rester paralysé après s’être brisé le cou en fonçant la tête la première dans la bande d’une patinoire.

La vie du défenseur Anthony Letourneau a basculé depuis qu’il s’est fracturé la sixième vertèbre et que sa cinquième vertèbre a été écrasée. Le jeune homme qui souhaitait travailler dans la construction ne peut plus bouger sa main gauche et ne sent rien en bas des pectoraux.

Depuis l’accident, Anthony vit avec l’angoisse de savoir s’il pourra un jour rechausser les patins ou même marcher. Les médecins sont incapables de déterminer si son état sera permanent.

«Le médecin ne nous a pas parlé de ses possibilités de réadaptation, mais il faut garder espoir», croit Jean Letourneau, rencontré au chevet de son fils.

MAUVAISE CHUTE

L’accident s’est produit le 19 octobre lors d’un match rapide, mais sans violence, dans la ligue Midget AA.

«Il y avait un joueur adverse dans notre zone. J’ai voulu l’intercepter, mais je me suis enfargé dans mes patins. Je me suis fermé les yeux», raconte le numéro 32 du Laser Boisbriand-Sainte-Thérèse qui a plongé la tête la première contre la bande.

«Il est retombé comme un chiffon, raconte Daniel Forget, son entraîneur depuis trois ans. La première chose qu’il a dit c’est qu’il ne sentait plus ses jambes et qu’il ne pouvait plus bouger. J’ai pensé qu’il était beaucoup trop jeune pour que ça lui arrive et j’ai souhaité qu’il s’en remette.»

La chute n’a pas causé de commotion cérébrale, mais son cou a plié selon un angle qui n’est pas naturel, d’après l’entraîneur qui était aux premières loges au moment de l’accident.

Après deux semaines la tête coincée dans une attelle à l’hôpital, Anthony trouve le temps long. Malgré ce qui est arrivé à son fils, M. Letourneau n’a pas l’intention d’empêcher ses autres enfants de jouer au hockey. «C’est sûr qu’il y a des risques, mais on ne peut pas mettre nos enfants dans une bulle de verre», explique-t-il.

JOUER POUR ANTHONY

La blessure d’Anthony n’a pas empêché son équipe de gagner la partie et la suivante. «Lors du premier match après l’accident, chaque fois qu’il y avait une mise en échec, j’étais sur le bout de mon banc, raconte M. Forget. Notre objectif est de gagner la coupe pour Anthony.»

 
Commentaires