/news/provincial
Navigation
Radio X

Patrice Demers quitte le bateau de CHOI-FM

Patrice Demers
Photo les archives, Stevens LeBlanc Patrice Demers.

Coup d'oeil sur cet article

Les difficultés majeures de Radio X 91,9 à Montréal seraient à l’origine du divorce entre le directeur général, Patrice Demers, et le propriétaire, RNC Media.

L’un des patrons les plus connus des médias de Québec quitte l’entreprise qu’il a contribué à bâtir depuis un peu moins de 20 ans.

La version officielle évoque une décision conjointe, mais Patrice Demers ne quitte pas de son plein gré. Le principal intéressé a renvoyé la balle à Raynald Brière, de RNC. Ce dernier n’a pas retourné les appels. «Une telle situation n’est jamais agréable à vivre», a dit Stéphan Dupont.

Selon les échos, les piètres performances dans la métropole ne plaisent guère à RNC. Radio X Montréal perdrait environ 2 millions $ par année et les cotes d’écoute ne sont pas au rendez-vous.

Des divergences d’opinion sur l’avenir de cette fréquence seraient au cœur de la séparation. Depuis plusieurs mois, M. Demers travaille à Montréal la grande majorité du temps. Les succès de la station de Québec épongent actuellement le déficit à l’autre bout de l’autoroute 20.

Patrice Demers était à la tête de Radio X depuis 1996.

«C’est lui et Jeff Fillion qui m’ont engagé il y a dix ans. Ça marque une carrière. Ça augmente aussi le niveau d’incertitude», a commenté Dominic Maurais.

M. Brière doit rencontrer jeudi matin le directeur des opérations Philippe Lefebvre, qui devrait être promu au poste de directeur général à Québec. «Il n’y a aucun changement de prévu», a-t-il expliqué.

Démêlés

Les employés de la station sont convoqués à 11 h. Exceptionnellement, l’émission de Dominic Maurais devrait être une reprise. L’animateur-vedette aura ensuite un tête à tête en privé, puisqu’il fait partie de la programmation montréalaise.

Des démêlés avec le CRTC et la poursuite intentée par Sophie Chiasson en 2005 avaient mené à la vente de CHOI-FM à RNC. Sous la menace de fermeture, M. Demers avait conclu la transaction en conservant la direction du groupe. Selon les chiffres qui circulent, il aurait empoché quelque 8 millions $. Il possède également plusieurs autres entreprises notamment dans le secteur de l’automobile. «Je suis un peu sous le choc», a mentionné Jérôme Landry.

Même chez le concurrent, Gilles Parent a salué les qualités de l’homme avec qui il a déjà négocié.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.