/news/currentevents
Navigation
Saint-Hippolyte | Pédophilie

Il est faussement accusé de pédophilie

Des affiches placardées à Saint-Hippolyte et sur les médias sociaux ruinent la vie d’un résident du village

Il est faussement accusé de pédophilie
Photo courtoisie Des affiches accusant François Lavigne de pédophilie ont fait le tour de Saint-Hippolyte et des médias sociaux.

Coup d'oeil sur cet article

François Lavigne, un résident de Saint-Hippolyte, a eu toute une surprise vendredi quand son voisin lui a appris que des dizaines d’affiches avec sa photo étaient placardées sur les poteaux de la municipalité mentionnant qu’il avait agressé une jeune fille de 14 ans.

«Attention pédophile», pouvait-on lire sur les affiches. L’adresse résidentielle de l’homme était inscrite sur le papier, qui invitait la population à la prudence. La photo de l’individu a également circulé sur les médias sociaux, dont sur la page Facebook Spotted Saint-Hippolyte.

Dès qu’il a su que son image circulait, François Lavigne a alerté la Sûreté du Québec. «Je ne suis accusé de rien et je n’ai jamais agressé personne», explique l’individu de 52 ans, visiblement ébranlé par la situation.

«Je ne sors plus. Je vis un calvaire. C’est vraiment angoissant», indique le musicien, qui a notamment contribué à la musique d'un film d’Elvis Gratton.

La Sûreté du Québec cherche à localiser les personnes qui ont diffusé les affiches. Elles s’exposent à des poursuites. «Les personnes pourraient être accusées dans le cas d’une fausse accusation. Il pourrait y avoir des poursuites tant au civil qu’au criminel», explique Gino Paré, policier de la Sûreté du Québec.

Nancy Maheux, responsable de l’enquête, confirme avoir été mis au courant de cette affaire par le plaignant le 6 décembre.

Elle confirme que François Lavigne ne fait l’objet d’aucune accusation. Moins de 72 heures après la diffusion de l’affiche sur internet, le lien électronique disparaissait.

« Vie ruinée »

Le 9 décembre, en soirée, François Lavigne a demandé la collaboration de la population afin de localiser les gens qui ont diffusé sa photo en écrivant un message sur la même page Facebook que celle où l’affiche a été partagée.

«Je sollicite s.v.p. votre aide à savoir si vous aviez vu 2 jeunes avec un camion noir distribuer des tracts dans les boîtes aux lettres et sur les arbres et poteaux du Lac Connelly à mon sujet.»

La Sûreté du Québec est peu bavarde concernant le dossier. «On ne peut pas vous en dire plus, car nous sommes toujours en enquête», précise Nancy Maheux. Gino Paré assure que la situation est prise au sérieux. «Plusieurs enquêteurs travaillent sur ce dossier.»

Durant ce temps, François Lavigne reste enfermé chez lui. «J’ai des amis qui viennent me porter de la bouffe. J’ai l’impression que ma vie est complètement ruinée. J’ai hâte que ça finisse.»

L’homme est encore sous le choc de toute cette affaire. Il a mentionné qu’il n’accorderait plus aucune entrevue avant que la lumière ne soit faite dans ce dossier.

Commentaires