/news/currentevents
Navigation
Châteauguay | UPAC

Opération de l’UPAC à Châteauguay: quatre arrestations grâce à la mairesse Nathalie Simon

Coup d'oeil sur cet article

Une plainte de la mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, a permis à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) d'arrêter jeudi matin 4 personnes qui auraient récemment tenté de la corrompre.

Des entrepreneurs et des agents d'immeuble auraient entre autres voulu s'approprier un poste influent dans l'administration municipale, en retour de sommes d'argent « de plusieurs dizaines de milliers de dollars ».

Certains auraient aussi tenté de faire dézoner des terrains en retour d'avantages, pour la construction de projets immobiliers.

En septembre, c'est la mairesse, une ancienne journaliste au Soleil de Châteauguay, qui a elle-même a appelé la police locale pour se plaindre. Le dossier a alors été transféré à l'UPAC.

« Il faut lever notre chapeau devant Mme Simon aujourd'hui. Le geste qu'elle a posé est très courageux », a mentionné le capitaine André Boulanger, chef du service des enquêtes sur la corruption de l'UPAC, en conférence de presse.

Robert Lafrenière, le commissaire à la lutte à la corruption, a qualifié cette collaboration de « rarissime » et « exemplaire ». Il a souligné que des mesures avaient été prises pour protéger la mairesse.

Les individus arrêtés sont René Lafrance, Éric Lafrance, Michel Bergevin et Jacques Roy. Ils ont été amenés au quartier général de la Sûreté du Québec, à Montréal, pour être interrogés.

Les 4 accusés font face 5 chefs d'accusation pour fraude envers le gouvernement, abus de confiance, acte de corruption dans les affaires municipales et complot ont été déposés.

René Lafrance est agent immobilier. Ancien conseiller municipal, il s'était présenté sans succès comme candidat à la mairie de Châteauguay, au début des années 2000. Son fils Éric est entrepreneur.

Les suspects devront comparaître en février au palais de justice de Valleyfield.

Jeudi, 31 000 $ en argent comptant ainsi qu'un véhicule ont été saisis. 70 policiers ont participé à l'opération, dans le cadre du projet Muet.

D'autres arrestations pourraient survenir dans les prochaines semaines.

En conférence de presse, Robert Lafrenière s'est indigné du fait que les tentatives de corruption alléguées sont récentes et ne datent pas de quelques années.

"Je trouve désolant que constater qu'alors que la commission Charbonneau illustre au grand jour des stratagèmes collusoires et des manigances diverses, au moment où le gouvernement met en place des lois contraignantes et resserre ses politiques, la corruption existe toujours", a-t-il affirmé.

"Quand on voit un dossier contemporain comme ça, qui date de trois mois, (...) ça nous dit qu'il faut garder la vigie et être alerte", a estimé le commissaire.

Commentaires