/news/currentevents
Navigation
Fredy Villanueva

«Mon fils est mort pour rien», clame la mère de Fredy Villanueva

Coup d'oeil sur cet article

Photo agence qmi, philippe-olivier contant
Lilian Maribel Madrid, la mère de Fredy Villanueva, n’a pas caché ses émotions au dépôt du rapport d’enquête du coroner, hier.

«Mon fils est mort pour rien», a témoigné la mère de Fredy Villanueva, tué en août 2008 à Montréal-Nord.

La voix brisée, Lilian Maribel Madrid réagissait hier au rapport du coroner André Perreault, concernant l'opération policière qui a coûté la vie à son enfant de 18 ans et qui a blessé deux de ses amis, Denis Meas et Jeffrey Sagor Métellus.

Elle a assuré que son fils est une victime innocente et qu’il ne méritait pas les balles que le policier Jean-Loup Lapointe a tirées, l'atteignant mortellement.

«Mon fils n’est pas un voyou», a-t-elle lancé, émue.

Dossier pas terminé

Si le rapport du coroner est maintenant déposé, le dossier de la mort du jeune Villanueva n’est pas pour autant terminé, a assuré

Me Alain Arsenault, l’avocat d’une des personnes blessées lors de l’opération policière.

En effet, la poursuite civile déposée peu après le drame sera relancée. Elle avait été suspendue le temps de l’enquête publique. Selon l’avocat, le rapport du coroner lui donnera des «munitions» pour cette requête.

Me Arsenault s’est d’ailleurs questionné quant aux fonctions du policier Lapointe, qui travaille maintenant au Groupe tactique d’intervention. Le SPVM doit «réévaluer son rôle», a-t-il dit, interpellant ainsi Marc Parent, le chef de police de Montréal.

«M. Parent doit aller plus loin (que de prendre acte du rapport). Il doit le lire et se demander s’il doit maintenir, maintenant qu’il sait ce qui s’est passé, ce policier-là en fonction. Il doit aussi se demander s’il doit toujours lui donner une arme à feu», a-t-il dit.

L’avocat a aussi entrepris des démarches de son côté afin que des accusations soient portées quant à la responsabilité criminelle de l’agent Lapointe. Dans le passé, le Directeur des poursuites criminelles et pénales n’avait déposé aucune accusation.

Photo d’archives
Fredy Villanueva a été abattu lors d’une intervention policière à Montréal-Nord en août 2008.
Ce qu’ils ont dit:
«
La crainte du policier (Jean-Loup Lapointe) était injustifiée dans les circonstances. Il est le seul à avoir utilisé son arme à feu. Toute balle tirée est inutile. Fredy n’était pas une menace.»
- Me Peter Georges-Louis, l’avocat de la famille Villanueva.
«
En 2008, c'était une autre réalité. J’ai le sentiment que durant les dernières années, on a accompli de belles choses. Plusieurs policiers sont engagés dans leur communauté.»
- Marc Parent, chef du Service de police de Montréal, concernant les relations avec les communautés multiethniques.
«
J'ai demandé que l'étude détaillée du rapport et des recommandations soit traitée en priorité afin d'évaluer les moyens qui pourraient être mis en place en vue de bonifier les interventions policières au Québec.»
- Stéphane Bergeron, ministre de la Sécurité publique du Québec
«
On a du travail à faire en termes de développement social, de mixité sociale, afin que de moins en moins de gens se sentent comme des citoyens de seconde zone»
- Denis Coderre, maire de Montréal
«
Assumer le rôle de policier à Montréal demeurera toujours un défi majeur et les hommes et les femmes qui s'y consacrent veulent avant tout servir le public»
- Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal
des recommandations
Pratique policière
Concevoir un guide pratique pour les policiers sur l’usage de la force et sur les circonstances pour dégainer son arme.
Privilégier la demande de renfort à l’engagement physique face à un groupe.
Ajout de formations sur l’intervention auprès des personnes des minorités ethnoculturelles, d’un groupe ou en présence d’un proche.
Ajout de formations sur la réaction qu’il faut avoir lorsqu’un partenaire est attaqué et les risques d’être désarmé.
Ajout de formations sur la distinction entre le profilage criminel, social et racial ainsi que sur l’éthique.
Équiper les agents d’armes à feu qui tirent moins rapidement.
Citoyens
Plan d’action pour la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale à Montréal-Nord
Enseigner aux jeunes comment réagir lorsqu’un policier procède à une interpellation et sur les conséquences à ne pas s’identifier.
Commentaires