/spsections/sotchi
Navigation

Mes Noëls de Norvège

Bloc Guay

Coup d'oeil sur cet article

Pour célébrer les Fêtes en famille, il me faudra attendre après mon retour de la descente de Bormio, le 30 décembre.

Pour célébrer les Fêtes en famille, il me faudra attendre après mon retour de la descente de Bormio, le 30 décembre.

C’est ainsi tous les ans. Mon frère Stefan, l’un des entraîneurs de l’équipe canadienne, passe Noël avec moi en Europe. On ne peut pas se permettre de faire la fête. On se réserve ça pour notre retour au Québec.

À mon retour d’Italie, je passerai donc une dizaine de jours à la maison. C’est durant cette période qu’on célébrera. Notre famille nous attend.

Beaucoup de desserts

Les Noëls ont toujours présenté une touche norvégienne. Ma mère est originaire de la Norvège et sa culture fait partie de notre famille. Ça se reflète dans nos habitudes de célébrer le temps des Fêtes. Aussi loin que je me souvienne, elle a toujours décoré le sapin avec un drapeau norvégien.

Ma mère est fière de sa culture et elle aime la partager. Surtout quand on parle des desserts! Durant les Fêtes, elle fait beaucoup de gâteaux. Ça devient difficile de résister. Le portrait de famille se complète bien avec notre grand-mère maternelle, également originaire de la Norvège et qui habite Montréal. Sa présence avec nous contribue au bonheur de nous retrouver tous ensemble.

Je trouve important que ma mère tienne à ses origines et qu’elle conserve ses habitudes d’apporter de petites touches pour le rappeler. D’ailleurs, ça explique pourquoi elle a donné aux trois enfants des prénoms comportant des clins d’œil à l’orthographe de son pays: Kristian, Erik et Stefan. Chaque année, on a une course en Norvège et c’est spécial pour moi. J’ai de la famille là-bas, même s’il s’agit d’oncles et de tantes que je ne connais pas bien. C’est amusant parce qu’ils viennent souvent assister à la course pour me voir. Ça me fait un petit quelque chose chaque fois.

Revoir notre monde

Les Fêtes ne sont jamais ennuyantes dans la famille. Je n’arriverai pas avant le 30 décembre, mais il y a d’autres traditions qui seront respectées avant mon retour.

Mes parents auront des soupers avec des amis presque tous les soirs. Nous avons grandi trois familles ensemble à Mont-Tremblant et nous avons toujours eu l’habitude de nous retrouver durant les Fêtes. Chacune de ces trois familles compte trois enfants qui ont grandi près de nous et qui ont eu à leur tour des enfants. Donc, ça commence à faire beaucoup de monde!

C’est plaisant le temps des Fêtes pour avoir l’occasion de revoir notre monde. Pour moi, il s’agit d’une période importante. Ça me procure l’énergie pour attaquer la deuxième moitié de saison...

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires