/spsections/sotchi
Navigation

Un demi-Noël

Bloc MM Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

On apprend à passer Noël loin de la maison. Alors, je dois me conditionner à le vivre d’une autre façon chaque année.

On apprend à passer Noël loin de la maison. Alors, je dois me conditionner à le vivre d’une autre façon chaque année.

Bien calculé, ça fait six ans que je n’ai pas vécu Noël dans ma famille. La dernière fois remonte à 2007, lorsque j’avais subi une double fracture à la jambe gauche. Depuis cette année-là, je vis le temps des Fêtes en Europe.

Depuis trois ans, on fait presque toujours le même rituel. Après le slalom géant d’hier à Val-d’Isère, on s’en va dans un appartement qu’on loue pour quelques jours à Maria Alm, en Autriche. Tout est fermé dans la région à cette période de Noël. Alors, c’est super tranquille.

Nous avons des entraînements le matin à Maria Alm ou à Hinterreit qui n’est pas loin, mais nous prenons quand même des moyens pour créer une ambiance du temps des Fêtes à l’intérieur de l’équipe.

Comme une famille

Notre équipe canadienne, ça devient en quelque sorte notre famille pour Noël.

C’est normal, puisque nous passons tellement de jours ensemble durant une année. Forcément, des liens se tissent.

On profite de l’occasion pour se réserver du temps pour s’amuser. On a pris l’habitude depuis quelques années de s’organiser un échange de cadeaux entre les filles.

On en fait un aussi avec le personnel d’entraîneurs. C’est drôle. Ça aussi aide à cimenter l’esprit d’équipe.

Un Noël loin de la famille et de la maison, entre deux entraînements et deux courses, ce n’est pas la même ambiance, mais il faut accepter le jeu. C’est pour ça qu’il est important de se faire à l’intérieur de l’équipe ce qu’on pourrait appeler un demi-Noël.

Mon copain me rejoint

C’est parfois difficile, mais je me considère comme chanceuse d’avoir à mes côtés mon copain, le skieur américain Travis Ganong, durant ces quelques jours.

Travis a pratiquement le même horaire de courses que moi, ce qui nous permet de nous retrouver.

Il y a deux ans, nous avions eu la chance de passer Noël à Salzbourg, en Autriche. On s’était acheté des cadeaux bien simples et on avait installé un petit sapin. Mes parents, ceux de Travis, mon frère et ma sœur étaient venus nous visiter.

Cette rencontre n’a pas fonctionné l’an dernier et il était déjà prévu que ça ne marcherait pas non plus cette année, puisque mes parents assisteront aux Jeux olympiques à Sotchi.

J’aurai cependant l’occasion de revoir tout mon monde après les Fêtes et quelques semaines avant mon départ pour les Jeux.

Mon retour à la maison coïncidera avec l’annonce de l’équipe olympique féminine de ski alpin qui se fera à Québec, le 16 janvier.

Une fête est notamment prévue au mont Orignal. Ça devrait être une semaine à la fois relaxe et bien remplie pour moi. Entre autres, ma mère, ma sœur et moi avons prévu organiser un événement juste de filles!

 

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires