/news/currentevents
Navigation
Crue des eaux

Toronto: vacances de Noël cauchemardesques dans les Caraïbes

Une famille canadienne durement ébranlée à la suite d’une crue des eaux mortelle

Headley
Photo Facebook La petite Sharlani Headley, 2 ans, et sa tante Keslia Sara James, 18 ans, sont les deux Canadiennes qui sont mortes emportées par la crue des eaux dans les Caraïbes.

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de Toronto a vécu des vacances de Noël cauchemardesques dans les Caraïbes lorsque sa fille de deux ans et sa sœur sont mortes emportées par une crue des eaux.

Une mère de Toronto a vécu des vacances de Noël cauchemardesques dans les Caraïbes lorsque sa fille de deux ans et sa sœur sont mortes emportées par une crue des eaux.

Coleen James Headley ne se doutait pas qu’elle reviendrait seule lorsqu’elle est partie en voyage sur son île d’origine, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, à l’ouest de la Barbade. La dame s’était rendue dans le village de Cane Grove avec Sharlani, sa fille de deux ans, et Keslia Sara James, sa sœur de 18 ans.

Disparue sous l’eau

Le jour de Noël vers 15 h, une pluie diluvienne s’était abattue sur le pays. En quelques heures, il était tombé autant d’eau qu’en un mois. Le niveau de la petite rivière qui traverse le village avait alors augmenté de façon fulgurante. La famille qui s’était installée dans une petite cabane au bord de l’eau avait alors pris peur et avait tenté de fuir.

C’est à ce moment que le drame se serait produit. Les eaux auraient alors emporté la fillette et sa tante.

«La dernière chose que j’ai vue est la tête de bébé qui a calé dans l’eau, puis elle a resurgi et m’a dit: “Oh maman, maman, maman…”», a expliqué la mère en pleurs dans un vibrant témoignage sur les ondes de la chaîne CTV News de Toronto.

Le corps de Keslia a été repéré rapidement, mais ce n’est que le 30 décembre que celui de la petite Sharlani a été retrouvé. La mère de la fillette avait d’ailleurs fait part de son exaspération sur la lenteur des recherches à CTV.

Au total, la tempête aurait fait neuf autres victimes, et quatre personnes sont toujours portées disparues selon les médias locaux.

La nouvelle de la mort de la fillette et de sa tante a provoqué une vague de sympathie sur les médias sociaux de la communauté de Saint-Vincent. Une collecte de fonds a d’ailleurs été organisée pour venir en aide aux sinistrés.

 
Commentaires