/news/provincial
Navigation
Le pouls de Québec

L’essor phénoménal de Cafection

L’essor phénoménal de Cafection Le chiffre d’affaires du fabricant de cafetières est passé de 8 à 22 M$

François Baron
© Pohoto Stevens LeBlanc François Baron, propriétaire de Cafection, est finaliste pour le prix Rayonnement hors Québec au prochain gala des Fidéides qui aura lieu au mois de mars.

Coup d'oeil sur cet article

Peu d’entreprises peuvent se targuer de compter parmi leurs clients des leaders tels que Google, Apple, Facebook et Microsoft. Pourtant, c’est le cas de Cafection, de Québec, dont le chiffre d’affaires est passé de 8 M$ à 22 M$ en cinq ans grâce à ses cafetières à infusion tasse par tasse.

Peu d’entreprises peuvent se targuer de compter parmi leurs clients des leaders tels que Google, Apple, Facebook et Microsoft. Pourtant, c’est le cas de Cafection, de Québec, dont le chiffre d’affaires est passé de 8 M$ à 22 M$ en cinq ans grâce à ses cafetières à infusion tasse par tasse.

Fondée en 1996, Cafection a connu un essor phénoménal attribuable à sa capacité d’innovation. Sa cafetière Total 1, par exemple, propose 144 sélections possibles sur écran tactile.

Au cours de la prochaine année, l’entreprise prévoit lancer sur le marché une cafetière parlante qui reconnaîtra les clients par leur téléphone intelligent.

«Bonjour! Même chose que d’habitude?» pourra-t-on entendre en entrant au bureau.

Cafection vend environ 8000 appareils qui sont fabriqués ici même, à Québec. Elle rivalise avec l’italienne Necta. Près de 85 % de son chiffre d’affaires est effectué aux États-Unis.

«L’objectif, c’est de doubler notre force de vente là-bas et d’ouvrir un bureau de distribution. On vise aussi le Mexique, l’Angleterre et l’Allemagne», a expliqué François Baron, propriétaire.

Cafection a été la première entreprise a proposer des cafetières branchées à internet, ce qui lui a valu un reportage sur Fox News.

À l’échelle de la planète, la consommation de café ne cesse de croître. En volume, les ventes de café ont dépassé celles du pétrole.

Commentaires