/news
Navigation

La gagnante de 20 millions n'est plus

gisèle faubert
Photo d'archives Gisèle Faubert avait fait la une du Soleil de Châteauguay le 20 février 1999.

Coup d'oeil sur cet article

La Merciéroise Gisèle Faubert, qui avait gagné le plus gros montant jamais versé par Loto-Québec en 1999, a perdu son combat contre le cancer la semaine dernière à l’âge de 64 ans. Ses proches rendent hommage à cette femme intègre et terre-à-terre dont la richesse n’a pas enflé la tête.

La vie de Mme Faubert avait complètement changé le 12 février 1999, journée où elle a remporté le gros lot au tirage de la loterie Super 7 de 20 millions de dollars.

Ce prix ne pouvait pas mieux tomber pour cette Merciéroise puisque dans la semaine précédant le tirage, elle avait perdu son emploi. L’annonce de son gain avait été abondamment médiatisée, mais ses proches s’entendent pour dire que la richesse n’a pas changé les valeurs de cette femme généreuse et impliquée dans sa communauté. «L'argent gagné en 1999 à la loterie n'a pas changé ma mère dans la vie de tous les jours, raconte son fils Louis Cimon, aujourd’hui conseiller municipal à Mercier. Elle aurait pu décider de partir vivre à Westmount ou bien dans le quartier Dix30 l'été et l'hiver, bien au chaud dans le sud. Mais non. Elle est restée à Mercier, sa ville qu'elle aimait, où elle était bien, près de ceux qu'elle aimait et elle a continué d'aider encore plus, sans se soucier de l'aspect monétaire.»

Sa grande amie Lise Michaud, maintenant mairesse de Mercier, la décrit comme «une personne d’une intelligence remarquable et d’une grande sensibilité. Elle a vécu beaucoup de haut et de bas dans sa vie, ce qui la rendait très sensible à ce que pouvaient vivre les gens». Mme Michaud souligne que son amie est demeurée une personne très terre-à-terre. «La seule chose qui a changé c’est qu’elle n’a jamais pu retourner vivre dans sa maison de la rue Lacoste après l’annonce du prix.» Deux jours après l’annonce, Mme Faubert s’était réfugiée au domicile de Mme Michaud parce qu’elle était harcelée par les médias et les nombreux curieux.

Une fondation toujours active

Lorsqu’elle est devenue multimillionnaire, Mme Faubert était inondée d’appels de détresse. Pour cette raison, elle avait mis sur pied une fondation portant son nom qui vient en aide aux familles ayant un enfant malade. «Si j’avais répondu à toutes les demandes que j’ai reçues, il ne me resterait plus un cent!, avait raconté Mme Faubert au Soleil de Châteauguay en 2000. En créant une fondation, je vais avoir du recul face aux appels de détresse.» Selon son fils Louis Cimon, sa mère s’en occupait toujours à temps plein. La fondation demeurera active selon lui, mais des modifications devront être faites au niveau de la gestion puisque sa sœur et lui ont déjà des emplois.

Emportée par la maladie

Mme Faubert combattait un cancer du poumon depuis mars 2013. Elle s’est éteinte dans la soirée du 14 janvier, soir de conseil municipal pour Mme Michaud et M. Cimon. Ce dernier était absent du conseil pour être au chevet de sa mère. Mme Michaud a, quant à elle, trouvé difficile de présider l’assemblée sachant que son amie vivait ses derniers moments. «Ce n’était pas évident. J’ai bafouillé à quelques reprises. J’étais présente, mais ma tête était là-bas.»

Les personnes qui souhaitent rendre un dernier hommage à Mme Faubert pourront le faire ce vendredi 24 janvier, de 13 h à 17 h, et de 19 h à 22 h le samedi 25 janvier de 11 h à 13 h 30 à la résidence funéraire Michel Thériault à Mercier. Les funérailles auront lieu à 14 h à l’église Sainte-Philomène de Mercier.

 

Commentaires