/news/politics
Navigation
Charte des valeurs

L’Université Concordia permet le voile intégral en classe

voile intégral
© Les archives

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Concordia permet aux étudiantes de porter le voile intégral en classe.

Lors de son passage en commission parlementaire sur le projet de charte des valeurs, le vice-recteur aux affaires académiques Benoit-Antoine Bacon a expliqué que Concordia n’était pas à l’aise de refuser l’accès à l’éducation à des étudiantes en raison de leur tenue vestimentaire.

«Il n’y a pas de burqa, pas à ma connaissance, mais il y a, à chaque session, quelques étudiantes qui se présentent avec le niqab, a-t-il précisé. Notre priorité, c’est l’enseignement. On n’est pas confortable à refuser l’enseignement pour des étudiants qui en ont la capacité.»

M. Bacon a refusé de dire si Concordia accepterait qu’une employée ou une professeure enseigne avec un voile intégral.

«C’est une question hypothétique, on n’a jamais été dans cette situation», a-t-il plaidé.

VÉRIFICATION DE L’IDENTITÉ

Mais l’université consent à un accommodement. «La poignée» d’étudiantes qui portent le niqab - ce long voile sombre qui couvre tout le corps et le visage, ne laissant entrevoir que les yeux – doit se soumettre à une vérification de leur identité lors des examens, a précisé Roger Côté, vice-recteur associé aux services aux étudiants.

«Essentiellement, il s’agit de permettre à une étudiante, avec l’aide d’une employée de l’université, en retrait, de valider l’identité de cette personne-là», précise-t-il. M. Côté soutient que c’est une mesure qui ne prend que quelques instants et qui «jusqu’à maintenant, n’a jamais été sujette à des plaintes».

DIMINUTION DES ADMISSIONS

Vivement opposée à l’interdiction des signes religieux apparents contenue dans le projet de loi 60, Concordia craint des problèmes de recrutement et de rétention des étudiants et du personnel reconnus pour sa grande diversité culturelle.

Sans l’attribuer directement au débat qui fait rage depuis plusieurs mois sur la charte péquiste, l’Université Concordia observe une diminution des demandes d’admission au doctorat et à la maîtrise provenant de l’extérieur du pays.

Commentaires