/spsections/sotchi
Navigation

La fébrilité augmente

Coup d'oeil sur cet article

Encore deux Coupes du monde en Slovénie et toute ma fébrilité sera ensuite réservée exclusivement pour les Jeux olympiques.

Encore deux Coupes du monde en Slovénie et toute ma fébrilité sera ensuite réservée exclusivement pour les Jeux olympiques.

Après le slalom géant de samedi et le slalom de dimanche à Kranjska Gora, notre départ est prévu le mardi 4 février. La Fédération internationale de ski a organisé un vol nolisé pour nous transporter de Zurich à Sotchi et nous arriverons donc deux jours avant les premiers entraînements qui seront permis sur les lieux de compétition olympique.

Ça nous laissera du temps pour nous imprégner de l'ambiance. Le premier jour servira à essayer les vêtements du Canada que nous porterons durant les Jeux et à apporter les dernières retouches à l'équipement.

Plus de trois semaines

Les filles de l'équipe canadienne commencent à ressentir de l'excitation, ne serait-ce qu'à l'idée d'entrer dans le village des athlètes. On a déjà eu des rencontres pour nous donner un aperçu de ce à quoi ça a l'air. Ça ressemble à une grosse «maison Canada» réservée presque exclusivement pour nous. Quelques athlètes d'autres pays y logeront aussi, mais les Canadiens y seront en majorité.

Arriver deux jours seulement avant les premiers entraînements sera suffisant pour moi. Je vais quand même être là durant presque trois semaines, étant donné que ma dernière course, le slalom, aura lieu aussi loin que le vendredi 21.

Je vais donc prendre le temps de bien m'installer parce que ça deviendra ma résidence principale pour presque tout le mois de février. Dès notre arrivée à Sotchi, on va aller directement au site à la montagne.

Je serai à la cérémonie

Une chose est certaine, c'est que je vais participer à la cérémonie d'ouverture. Même si la soirée sera longue et qu'il y aura beaucoup d'attente, il n'est pas question pour moi de rater cet événement. De toute façon, nous disposerons d'une sorte de voie expresse pour faciliter notre arrivée et notre départ du stade, ce qui devrait diminuer notre temps d'attente.

Le lendemain, samedi, ma journée sera consacrée à un entraînement en descente; alors je pourrai me permettre d'aller à la cérémonie la veille. Cette fois, l'opportunité se présente et je veux la saisir.

Je me souviens trop bien d'avoir dû oublier celle des Jeux de Vancouver. J'avais été contrainte de demeurer à Nakiska en prévision de nos compétitions. Oui, j'avais assisté à la cérémonie de fermeture et ça avait été super cool, sauf que la cérémonie d'ouverture, c'est autre chose. J'ai entendu les témoignages de plusieurs athlètes qui racontent comment c'est énergisant et «tripant». L'entrée dans le stade, semble-t-il, est magique.

Avant toute cette fébrilité, des entraînements sont prévus quelque part en Italie, mais il est possible que ça n'ait pas lieu. Trouver de la neige est un réel problème, cette saison en Europe.

Par contre, on nous assure qu'il y aura assez de neige à Sotchi pour tenir toutes les épreuves. C'est sûr qu'il pourrait bien y avoir d'autres soucis, mais qui n'ont rien à voir avec la neige!

— Propos recueillis par Alain Bergeron

Commentaires