/spsections/sotchi
Navigation

Je rate la cérémonie volontairement

Coup d'oeil sur cet article

Il est prévu depuis longtemps que je regarderai la cérémonie d’ouverture à la télévision. Je pars pour Sotchi seulement le lendemain.

Il est prévu depuis longtemps que je regarderai la cérémonie d’ouverture à la télévision. Je pars pour Sotchi seulement le lendemain.

J’avoue ne pas avoir de regrets de rater cette cérémonie même si les festivités d’ouverture sont nettement plus joyeuses que celles de fermeture. Tous les athlètes sont fébriles, il n’y a pas encore de gagnant ni de perdant, il n’y a pas de blessés et tout le monde se situe sur un pied d’égalité.

Par contre, c’est une soirée assez exigeante physiquement. Il y a de longues heures d’attente dans des corridors de béton avant de faire notre entrée à l’intérieur du stade. C’est difficile et c’est la raison pour laquelle beaucoup d’athlètes mettent aussi une croix sur cette cérémonie. Entre autres, les patineurs de vitesse ayant des compétitions dans les premiers jours des Jeux décident souvent de ne pas y assister, tellement ça peut être demandant pour les jambes.

À Turin, j’avais assisté aux deux cérémonies, mais seulement à l’ouverture à Vancouver parce que nous étions obligés d’y aller. Par contre, j’avais raté la fermeture. Je m’en souviens parce que, ce jour-là, j’avais regardé la finale de hockey masculin durant une période d’attente entre deux vols à l’aéroport de Toronto.

Un party dans Charlevoix

Si je retarde volontairement mon départ pour Sotchi, c’est parce qu’on n’aura pas accès à la piste pour s’entraîner dans les premiers jours. Ce sera assez strict. Et ma course de snowboardcross est prévue seulement le deuxième dimanche des Jeux, le 16 février.

Par ailleurs, la municipalité de Petite-Rivière-Saint-François prévoit organiser un événement au centre communautaire. Ce n’est pas évident parce que ma qualification débutera à 2 h du matin, heure du Québec, alors que les rondes finales doivent débuter vers 4 h. On ne sait pas si la population de Charlevoix va embarquer. Ce qui est bien, par contre, c’est que ça se déroulera dans la nuit de samedi à dimanche et que les gens ne travailleront pas le lendemain. On pourrait donc appeler ça un «party»!

Je verrai pour la fin

Mon billet d’avion pour le retour est cependant réservé pour la fin des Jeux, mais on va voir. C’était une décision d’équipe de procéder ainsi parce qu’on s’est dit qu’on aimerait vivre les Jeux jusqu’au bout. Mais je pourrais revoir cette décision, d’abord parce qu’avec le calendrier de la Coupe du monde qui a souvent changé, ça voudrait dire que nous aurions seulement trois ou quatre jours pour préparer la course suivant les Jeux.

Il y a aussi le fait que je veux attendre de voir comment se dérouleront mes Jeux. Il faudra voir comment je me sentirai mentalement au lendemain de ma course. Oui, j’entends bien prendre quelques jours supplémentaires pour profiter des Jeux, mais il n’est pas exclu que je raccourcisse mon séjour à Sotchi.

— Propos recueillis par Alain Bergeron

 

Commentaires