/news/currentevents
Navigation
Accident | Escalier roulant

Blessés par les commentaires

Les membres de la famille de la femme morte dans le métro veulent vivre leur deuil en paix

Mort Naima Rharouity
Photo Geneviève Geoffroy Mohammed Rharouity se dit prêt à dialoguer avec ceux qui dénigrent sa soeur pour qu’ils puissent comprendre qui elle était.

Coup d'oeil sur cet article

La famille de la femme étranglée par son hijab dans le métro est profondément choquée par des commentaires presque racistes exprimés depuis son décès.

La famille de la femme étranglée par son hijab dans le métro est profondément choquée par des commentaires presque racistes exprimés depuis son décès.

Naima Rharouity, 47 ans, est décédée jeudi au métro Fabre après que son hijab se soit pris dans un escalier roulant. Depuis, des commentaires presque islamophobes fusent sur le web à son endroit. Pour la famille c’est inacceptable.

«Ils ne la connaissaient pas, ne l’ont pas vue, ne la côtoyaient même pas, ils ne savent même pas où elle habite! Ils ont essayé de calquer l’image d’autres femmes [musulmanes] sur ma sœur», déplore Mohammed Rharouity, le frère de la victime.

«On essaie de proposer des lois pour les protéger, mais elles ne veulent pas nous écouter», «Le hijab est un vêtement aussi dangereux dans un métro que ce qu’il représente dans la société» ou encore «Lorsque les escaliers roulants ont été conçus, les ingénieurs n’avaient pas à prévoir de mesures contre les hijabs», sont parmi les commentaires exprimés après le tragique accident.

Incompréhension

Mohammed Rharouity met sur le dos de l’incompréhension la méchanceté des propos depuis le drame. Pour lui, il est aussi évident que le climat entourant le débat de la charte des valeurs a eu un effet direct sur la réaction de certaines personnes.

«Elle est venue ici [il y a huit mois] pour s’occuper des gens bons et des gens mauvais aussi. Elle aimait le Canada et l’image dynamique de la femme canadienne. Malheureusement, les mauvais n’ont pas compris ça et c’est ça qui les pousse à réagir comme ils réagissent maintenant», croit-il.

Mais pour sa fille et nièce de la victime, Samia, 17 ans, c’est plus que de l’incompréhension. Elle déplore haut et fort que certains vont trop loin.

Un être humain

«Les gens semblent oublier que c’est un être humain qui est mort, s’insurge Samia. Le fait qu’elle portait un voile n’avait rien à y voir. C’est une personne qui est morte dans un accident inhabituel qui a causé la tristesse de centaines de personnes.»

Déjà bouleversée, elle estime qu’elle devrait accorder tout son temps à se remémorer sa tante et non à commenter la réaction de certaines personnes.

«Qu’ils nous laissent gérer notre deuil et qu’ils ne présentent pas leurs réjouissances par rapport à cette situation», revendique à son tour un membre de la famille.

La famille demande aussi du respect envers la défunte qui se donnait corps et âme dans des organismes communautaires depuis son arrivée et qui a tenté par-dessus tout de s’intégrer.

«Ma sœur est une perte pour le Québec, affirme d’ailleurs Mohammed.


Aujourd’hui, à 17  h  30, aura lieu un rassemblement devant la station de métro Fabre en mémoire de Naima Rharouity. Les gens sont invités à apporter des bougies et des fleurs.

 
Commentaires