/news/currentevents
Navigation
Drame

Tué même s’il n’était pas armé

Un transporteur de valeurs a ouvert le feu sur un homme qui voulait lui voler de l’argent

Vol banque Longueuil
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Des agents de Garda ont ouvert le feu sur un homme qui voulait voler l’argent qu’ils détenaient à Longueuil et l’ont tué même si, selon des témoins, il n’était pas armé.

Des agents de Garda ont ouvert le feu sur un homme qui voulait voler l’argent qu’ils détenaient à Longueuil et l’ont tué même si, selon des témoins, il n’était pas armé.

La police de Longueuil n’a pas trouvé d’arme sur place, laissant présumer que le cambrioleur n’était pas armé. L’enquête suit toujours son cours, mais des témoins ont eux aussi indiqué que le suspect de 32 ans n’avait rien pour se défendre.

«Il y a évidemment d’autres manières d’intervenir avant d’en arriver aux coups de feu, a dit Yves Riopel, directeur de la sécurité corporative chez Garda. Mais c’est le réflexe qu’ils ont eu et c’est difficile de juger si autre chose était possible à ce moment-là.»

Dans la nuit de vendredi à samedi, le suspect a attaqué des agents de sécurité de Garda au moment où ils sortaient d’un guichet automatique de la Banque TD, boulevard Roland-Therrien à Longueuil. Il voulait s’emparer de l’argent des deux convoyeurs de fonds.

L’homme en question n’était pas armé, selon plusieurs témoins. Il aurait rué les gardes de coups, faisant tomber un des deux au sol, le blessant à la tête. L’autre aurait ouvert le feu sur le suspect.

Un Longueuillois qui a tout vu de la scène a décrit les événements au Journal.

«L’agent n’avait pas trop l’air à savoir quoi faire, a affirmé l’homme qui a préféré rester anonyme. Il a tiré, mais après, il semblait presque regretter. Je ne pense pas que de tuer le cambrioleur était la meilleure solution. C’est un manque de jugement de sa part.»

Chocs nerveux

Selon ce même témoin, le présumé voleur était inanimé sur le sol, baignant dans son sang à l’arrivée des policiers. Il a succombé à ses blessures une quarantaine de minutes plus tard.

Les deux agents de sécurité ont été transportés à l’hôpital pour soigner des chocs nerveux. Ils ont obtenu leur congé de l’hôpital hier matin et devaient être rencontrés par les enquêteurs en après-midi.

Plusieurs employés et clients du café Tim Hortons situé à côté de la Banque TD ont rapporté que le défunt était un habitué du secteur.

«Je viens ici chaque soir et je le voyais presque toujours, a mentionné Lise Thibeau. Il me semblait bizarre. Il parlait souvent seul, il avait l’air en état d’ébriété.»

Une présence remarquée

David White, le conjoint d’une employée du Tim Hortons, avait lui aussi remarqué la présence récurrente de l’homme au restaurant.

«Parfois, il s’emballe et devient agressif, a dit celui qui vient souvent rendre visite à sa copine lorsqu’elle travaille la nuit. Hier, il était relativement calme, mais il avait l’air sous l’effet de l’alcool.»

Comme il se tenait dans le coin depuis peu, plusieurs témoins ont partagé au Journal l’impression qu’il aurait pu planifier son coup avant de passer à l’action. Les policiers n’ont pas voulu confirmer cette hypothèse, mais ne l’ont pas niée non plus.

-Avec la collaboration de l’Agence QMI

 
«
Il avait souvent l’air sous l’effet de l’alcool. Hier, il l’était, c’est sûr. »
– Lise Thibeau, témoin
«
L’agent de sécurité avait l’air de regretter d’avoir ouvert le feu. »
– Un témoin qui n’a pas voulu donner son identité
«
C’est le réflexe qu’ils ont eu et c’est difficile de juger si autre chose était possible à ce moment-là. »
– Yves Riopel, directeur de la sécurité de l’entreprise chez Garda, en parlant des deux agents
«
Je ne pense pas que de tuer le cambrioleur était la meilleure solution. C’est un manque de jugement de la part de l’agent. »
– Un témoin qui a préféré demeurer anonyme
«
Il était plutôt calme avant d’agresser les agents de sécurité. »
– David White, témoin
Commentaires