/opinion/columnists
Navigation

Vengeance et frustration ne seront jamais acceptées

Coup d'oeil sur cet article

Lors d’événements aussi tristes et cruels que celui qui s’est joué à Saint-Isidore de Beauce et à Sainte-Croix de Lotbinière dans la nuit de samedi à dimanche, il y a bien sûr l’horreur du drame auquel il faut faire face comme policier, mais rapidement, le sang-froid doit revenir pour rétablir les faits et répondre à la question la plus importante de l’histoire: pourquoi.

Lors d’événements aussi tristes et cruels que celui qui s’est joué à Saint-Isidore de Beauce et à Sainte-Croix de Lotbinière dans la nuit de samedi à dimanche, il y a bien sûr l’horreur du drame auquel il faut faire face comme policier, mais rapidement, le sang-froid doit revenir pour rétablir les faits et répondre à la question la plus importante de l’histoire: pourquoi.

En tant que policiers, on cherche toujours un mobile aux crimes qui sont commis.

Toutefois, trop souvent lorsque l’on fait face à un drame d’une telle ampleur et, surtout, lorsque, au mot «drame», on peut ajouter l’adjectif «familial», les raisons qui poussent une personne à agir de la sorte – qui plus est lorsqu’il s’agit d’un père de famille à l’égard de son ex-conjointe et de leurs enfants – sont souvent difficiles à comprendre.

Quoi qu’il en soit, la vengeance et la frustration ne seront jamais acceptées pour pouvoir pardonner un geste avec une portée aussi dévastatrice.

Est-ce que quelqu’un aurait pu prévenir ce crime? Est-ce que quelqu’un près du suspect numéro un aurait pu détecter les intentions malveillantes de cet homme et sa folie meurtrière?

C’est difficile à dire, mais ce qui est malheureux dans toute cette histoire, c’est qu’encore une fois, même si ce drame frappe l’imaginaire, trois jours après l’enterrement de ces gens-là, il y a un risque qu’une situation semblable se produise à nouveau où seuls les noms des personnes impliquées seront changés. 

- Propos recueillis par Kathleen Frenette

Commentaires