/news/currentevents
Navigation
Mort d'Alain Magloire

Un troisième itinérant abattu en trois ans

Alain Magloire
Photo Facebook Alain Magloire

Coup d'oeil sur cet article

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est-il bien outillé pour intervenir auprès de personnes itinérantes? La question se pose au lendemain de la mort d’un itinérant, abattu en pleine rue lundi, le troisième en un peu plus de trois ans.

Alain Magloire est tombé sous les balles du SPVM face à la gare d'autobus alors qu'il était armé d'un marteau. Une situation qui n'est pas sans rappeler la mort d'autres sans-abri en 2011 et 2012.
Le 6 janvier 2012, des policiers du SPVM avaient dégainé leur arme en plein jour à la station de métro Bonaventure, au centre-ville. Farshad Mohammadi, 34 ans, avait alors succombé à ses blessures.

Même scénario le 7 juin 2011, toujours au centre-ville, lorsque des agents avaient abattu Mario Hamel qui éventrait des sacs à poubelle avec un couteau, rue Sainte-Catherine. Une des balles avait du même coup atteint mortellement un simple citoyen, Patrick Limoges, qui se rendait travailler quelques mètres plus loin à l'hôpital Saint-Luc.

Chaque année, le SPVM répond à plus de 30 000 appels concernant des personnes souffrant de maladie mentale et qui vivent dans la rue.

«C'est imprévisible et très difficile, compte tenu de la clientèle visée. Ce sont des gens qui sont confus, qui n'ont pas de contact avec la réalité, mais il y a au moins un policier par relève qui est formé en santé mentale, donc ça vient faciliter certaines interventions», a expliqué Richard Dupuis, spécialiste en affaires policières.

En milieu de soirée, mardi, une vigile a eu lieu en mémoire d'Alain Magloire à l'endroit où il est tombé sous les tirs des policiers. L'événement a ensuite donné lieu à une manifestation qui s'est transportée devant le quartier général SPVM, sur la rue Saint-Urbain. Une trentaine de personnes ont participé à la marche.

La manifestation s'est déroulée dans le calme et aucun incident n'a été rapporté par les autorités.

Commentaires