/news/currentevents
Navigation
Noyan | Bon Samaritain

Appel au secours sur Facebook: Le propriétaire du camping Beausoleil tente de venir en aide à des chats abandonnés

Coup d'oeil sur cet article

Plus capable de voir des dizaines de chats errants geler et mourir de faim sur son terrain de camping, le propriétaire lance un cri du cœur sur Facebook et demande de l’aide pour les sauver d’une fin atroce.

Depuis trois semaines, chaque jour, 26 chats abandonnés miaulent de faim et de froid devant la porte d’André Beausoleil, propriétaire du camping Beausoleil situé à Noyan, tout près de Lacolle. Hier matin, il en a retrouvé un mort de faim et il s’en veut profondément de ne pas avoir pu le sauver.

«Ça me brise en quatre de les voir souffrir! Ça fait 48h que j’en dors plus», lance-t-il les yeux plein d’eau quelques heures après avoir pris soin d’enterrer l’animal.

Sauvé par un chat

André Beausoleil ne comprend pas que des gens abandonnent leur animal de compagnie à leur sort sur son terrain alors qu’il doit la vie de sa femme et de son beau-fils à la vigilance de leur défunt chat, Buddy.

«Il y avait le feu dans notre maison de Saint-Basile-le-Grand, c’était en 1992. J’étais parti travailler. Buddy a sauté sur ma femme et mon beau-fils dans leurs lits et les a réveillé juste à temps. Deux minutes plus tard, le mur de la chambre tombait sur le lit où se trouvait ma femme», raconte-t-il.

Vidéo

Comme Buddy l’a fait pour sa femme et son beau-fils, l’homme de 55 ans a tenté de sauver les chats de son camping d’une mort certaine. Il les nourrit dans un abri de fortune construit sur la galerie d’une roulotte abandonnée. Plusieurs fois, il a voulu les faire entrer dans son garage, mais en vain.

Il a aussi fait appel aux élus de Noyan, mais le conseil municipal a statué lundi que rien ne sera fait.

«Malheureusement, on ne peut pas avoir de contrôle sur les chats : aucun règlement n’existe», a déclaré Guy Bérubé, directeur général de la municipalité.

Se sentant seul et impuissant, André Beausoleil a décidé d’utiliser Facebook pour demander de l’aide via une vidéo publiée lundi.

«Regardez-ça les chats, ils ont frette, ils ont faim. Ce n’est pas drôle, nourrir des chats et après [ça] les abandonner ! Aidez-moi quelqu’un [...] je ne peux pas les laisser mourir!», mentionne-t-il dans la vidéo, la voix tremblotante.

Son cri du coeur a immédiatement eu un effet monstre. Il a reçu des milliers de messages de soutien et des centaines de demandes d’amitié. Un groupe a aussi été créé : 285 internautes en faisait partie hier soir. Des gens de France, du Vermont, de la Beauce, de Montréal et même de Rivière-du-Loup ont aussi offert leur aide à André Beausoleil. Son petit-fils, Alexis Beaudoin, 14 ans, s’est aussi fait un devoir de partager sa vidéo.

«Les chats, ce sont des êtres vivants comme nous. Leurs propriétaires doivent leur faire attention», avise le jeune homme ravi du tourbillon qu’a eu la vidéo sur les réseaux sociaux.

«Au début, je n’étais pas sûr d’avoir fait la bonne affaire: c’est devenu tellement gros! Mais là, je suis sûr que mes bébés vont trouver une famille», ajoute le grand-père confiant.

Touchée

Touchée par la vidéo, Fabienne Docquier, propriétaire d’un refuge pour chats, s’est en effet présentée bénévolement au camping hier pour capturer les bêtes et les faire adopter.

«Je ne suis pas capable de fermer les yeux devant cette misère-là», lance-t-elle.

Elle se désole de voir l’insouciance et l’indifférence de plusieurs personnes face à la misère animale qu'elle constate beaucoup dans les campings.

«Les campings sont des endroits à problèmes. Les gens les nourrissent l’été et ensuite ils les laissent là et pensent qu’ils vont se débrouiller tout seul, se trouver une souris. Mais entre nous, ce n’est pas évident de trouver une souris l’hiver ! Souvent, ils ne sont pas stérilisés non plus et ils se reproduisent rapidement», dit-elle.

À Rawdon, l’automne dernier, le Journal avait justement fait enquête sur un camping qui faisait face à une colonie de 200 chats errants à cause de l’insouciance de certains campeurs. Les chats avaient causé la discorde chez les résidants, alors que certains voulaient s’en débarrasser et d’autres non. Les propriétaires ont finalement fait appel à la fourrière pour les expulser.

Pour enrayer ce genre de problèmes, la stérilisation demeure la solution optimale, poursuit Fabienne Docquier.

Elle assure d’ailleurs que les chats capturés hier seront envoyés dans différents refuges d’adoption qui ont offert leur aide à M. Beausoleil et avec lesquels elle est en contact. Ils y seront stérilisés, vaccinés et socialisés. Fidèle au souhait de M. Beausoleil, l’euthanasie n’est pas une option garantit-elle.

Nouveau règlement au camping

Pour éviter à tout prix de devoir passer à nouveau à travers une telle épreuve André Beausoleil compte de son côté imposer à ses campeurs de nouveaux règlements. La stérilisation en fait partie.

«Les chats devront arriver avec leur maître et avoir un certificat de stérilisation, indique-t-il. Pour ceux qui nourriront des chats errants, je les ferai stériliser et vacciner moi-même et je leur apporterai la facture. S’ils ne veulent pas payer, ils s’en iront. Rendu là, je préfère perdre un client que de perdre un autre chat !»

André Beausoleil compte également s’engager activement dans la cause animale. Jamais il n’y avait pensé avant, mais les dernières semaines et le support de centaines de personnes à sa cause sur Facebook l’ont fait changer d’avis.

Aucun représentant du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, responsable du bien-être animal, n’était disponible hier pour accorder une entrevue au Journal.

Commentaires