/entertainment/movies
Navigation
Three Night Stand

Un film créé sur mesure pour ses acteurs

Three Night Stand
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

S’il y a quelque chose à retenir d’une rencontre avec l’acteur Sam Huntington (Être humain), c’est que l’homme a de l’énergie et de la verve à revendre... surtout quand vient le temps de parler de son plus récent projet, Three Night Stand, dans lequel il tient l’un des rôles principaux, écrit spécialement pour lui par son ami scénariste Pat Kiely (Who is KK Downey?).

S’il y a quelque chose à retenir d’une rencontre avec l’acteur Sam Huntington (Être humain), c’est que l’homme a de l’énergie et de la verve à revendre... surtout quand vient le temps de parler de son plus récent projet, Three Night Stand, dans lequel il tient l’un des rôles principaux, écrit spécialement pour lui par son ami scénariste Pat Kiely (Who is KK Downey?).

En fait, toute la trame de fond de cette comédie romantique dramatique est tissée serrée. Le scénariste et réalisateur (Kiely) joue dans la télésérie Être humain, aux côtés d’Huntington et de Meaghan Rath, avec qui il partage sa vie à l’abri des caméras et qui campe un rôle de premier plan dans son film. Appelons cela un effort de groupe.

Three Night Stand se démarque des comédies­­ romantiques par son côté sombre, qui fait rapidement tout basculer. On y suit un couple, Carl (Huntington) et Sue (Rath) qui se rendent dans un chalet de ski des Laurentides afin d’y passer un week-end de réflexion et de plaisirs simples, question de mettre de côté leurs chicanes.

C’était sans compter sur la nouvelle propriétaire des lieux, Robyn (Emmanuelle Chriqui), le véritable amour de la vie de Carl, qui a décidé de racheter l’endroit où les deux tourtereaux aimaient aller avant de se quitter. À partir de là, tout dégringole à la vitesse grand V.

«J’y ai vu beaucoup de mes propres relations­­, nous a dit Huntington. Pas seulement à travers les graves problèmes du couple, mais également dans la façon dont ils se parlent, dans leurs petits gestes. Je crois que plusieurs personnes auront du mal à voir le film. Ce n’est pas plaisant, ce n’est pas agréable. La seconde partie est plutôt intense.»

Personnages pensés

Huntington et Rath habitent complètement leurs personnages, et pour cause: les rôles ont été écrits exclusivement pour eux. On y retrouve leur humour, leurs tournures de phrases, leurs tics.

«Je croyais que j’allais avoir une seule scène, un petit rôle. Mais il l’a écrit avec moi en tête dès le début. Lorsque le scénario a été terminé, il me l’a donné, et j’ai signé tout de suite. C’était vraiment facile de faire la transition et de devenir ce personnage­­.»

Une facilité, certes, mais n’est-ce pas un peu intrusif comme façon de faire? Meaghan Rath répond par l’affirmative. «C’est mon humour, c’est ma sensibilité. C’était agréable de me jouer en exagérant tout. Dans le scénario, il y a tant de trucs qui sont très personnels, même chez les autres personnages. Mais personne ne sait quoi, ce qui est fantastique. C’est très étrange de fréquenter un scénariste, parce que toutes vos conversations, tous vos échanges personnels peuvent se retrouver quelque part éventuellement. Il est même excessivement dangereux d’être simplement ami avec un scénariste...»

La Californie

C’est après son premier film, Who is KK Downey?, en 2008, que Pat Kiely a levé les feutres pour se rendre à Los Angeles et y tenter sa chance à titre de scénariste pour des productions hollywoodiennes. «Aucun scénario n’a été repris. C’était une période très sombre dans ma vie, mis à part ma rencontre avec Rob [Robert Vroom, coproducteur] avec qui j’ai développé l’idée du film.»

Three Night Stand, dont l’action se déroule dans les Laurentides enneigées, est né dans un café californien. Appelons cela­­ le mal du pays...

Commentaires