/slsj
Navigation

Le Canada prend sa place

SPO-OLYMPICS-SOCHI-SOTCHI
Photo agence qmi, ben pelosse Les gouvernements et les entreprises privées investissent argent et énergie sur les infrastructures et sur la compétence des entraîneurs pour le bénéfice des athlètes.

Coup d'oeil sur cet article

Les Olympiques sont bien amorcés pour le Canada. Nos athlètes performent à la hauteur des attentes et le pays tout entier en est fier. Comment se fait-il que, soudainement, notre niveau ait augmenté et que nous soyons maintenant capables de faire partie de l’élite mondiale, et ce, dans pratiquement toutes les disciplines?

La raison majeure de cette évolution provient des ressources qui sont mises en place maintenant et l’argent qui est investi sur le développement de nos athlètes. Autant les différents gouvernements que les entreprises privées investissent argent et énergie sur les infrastructures et sur la compétence des entraîneurs pour le bénéfice des athlètes. Les résultats sont là et la formule est bonne.

LIEN AVEC LE HOCKEY

La raison pour laquelle je vous parle de cette réalité est pour faire un parallèle avec le monde du hockey, spécialement le hockey mineur. Je vous ai déjà parlé dans une chronique précédente du ralentissement de notre sport national par rapport aux autres pays comme la Suisse ou l’Allemagne, entre autres.

Les raisons qui expliquent pourquoi ces petits marchés de hockey évoluent aussi rapidement, au détriment de notre cheminement, sont les sommes d’argent investies dans la compétence des entraîneurs et dans les outils nécessaires au développement.

Ces pays viennent offrir des conditions intéressantes à notre compétence locale pour les convaincre de s’expatrier dans leur pays et de leur permettre de venir nous battre éventuellement.

Je pense qu’il faudrait s’inspirer du programme olympique et investir sur la compétence de nos entraîneurs dans le niveau mineur plutôt que d’attendre de voir qui va sortir de l’entonnoir et payer une fois qu’il est devenu un espoir. Si on commençait plus tôt, peut-être que le trou de l’entonnoir serait plus grand et que le niveau de compétition serait plus élevé. Ça prend une volonté des décideurs d’y croire et de prendre les moyens nécessaires.

Du côté du programme olympique. La venue de Marcel Aubut, autant dans le Comité international olympique que dans celui canadien, a permis grâce à sa notoriété et son influence de renchérir les budgets alloués aux athlètes et de se battre aujourd’hui pour des médailles d’or. Investissons aux bons endroits!

Commentaires