/news/currentevents
Navigation
Drame de Trois-Rivières

Drame de Trois-Rivières: l’UQTR unie dans le deuil

Les étudiants ont signé la murale en mémoire de Roxanne Boisvert et plusieurs d’entre eux ont apportés des bouquets de fleurs
PHOTO Joany Dufresne Une murale en mémoire de Roxanne Boisvert a été érigée

Coup d'oeil sur cet article

Ils étaient des centaines d’étudiants réunis vendredi matin à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) pour rendre hommage à une amie disparue lors du triple meurtre survenu dans une résidence unifamiliale de Trois-Rivières-Ouest mardi.

Roxanne Boisvert était une étudiante très impliquée dans les activités parascolaires de l’UQTR et elle semblait être appréciée de tous. Son tragique départ a laissé un grand vide au sein de la communauté étudiante qui s’est réunie vendredi, au local 1012 du pavillon Nérée-Beauchemin, pour commémorer sa mémoire.

Sur une murale érigée en son honneur, des centaines d’étudiants et amis ont partagé leurs sentiments et leurs souvenirs. Déjà plus de 200 messages avaient été écrits une heure après l’ouverture des portes de la salle et de nombreux bouquets de fleurs trônaient près de la murale.

Les confrères et les consœurs d’ergothérapie de Roxanne arboraient tous la casquette orange de leur programme sur laquelle ils avaient inscrit au crayon-feutre «Ergo aime RB». Plusieurs étudiants des programmes de génie, domaine d’études du copain de Roxanne, portaient, eux aussi, leur habit orange en soutien au programme d’ergothérapie. Des carrés orange étaient aussi distribués aux étudiants désireux de démontrer leur soutien.

«Notre amie était très impliquée et tout le monde la connaissait. Le nombre de personnes présentes aujourd’hui le prouve. Je m’attendais à autant de solidarité. C’est une UQTR unie que nous avons», a affirmé l’organisateur du rassemblement, Robin Fournier.

Ce dernier voulait initialement ériger la murale dans le couloir du pavillon de la vie étudiante. Après avoir constaté l’ampleur qu’avait pris son événement Facebook, il a été forcé de déplacer la signature de la murale dans une salle plus vaste.

«Aux dernières nouvelles, 540 personnes avaient confirmé leur présence sur Facebook», a-t-il ajouté.

«Ça ne m’étonne pas qu’il y ait autant de monde. C’est un drame incompréhensible. Il y a un deuil à faire et les jeunes ont choisi de le vivre ensemble», a commenté la rectrice de l’UQTR, Nadia Ghazzali, après avoir signé la murale.

Un élan de solidarité canadien

Il n’y a pas que la communauté universitaire trifluvienne qui a été touchée par la mort de Roxanne Boisvert. De nombreuses universités à travers le Canada ont exprimé leur sympathie à la directrice responsable du programme d’ergothérapie.

Des étudiants des universités Laval, McGill, de Sherbrooke et d’Ottawa étaient d’ailleurs attendus à Trois-Rivières au courant de la journée.

«Il y a eu les Jeux d’ergothérapie dernièrement. C’est un grand événement qui a réuni toutes les universités. Connaissant Roxanne, je suis certain qu’elle s’est fait pleins d’amis. C’était évident que d’autres universités seraient présentes aujourd’hui. Ça ne m’étonne pas», a confié Robin Fournier.

Soutien

L’UQTR compte offre son soutien à ses étudiants tant et aussi longtemps qu’ils en auront besoin. La rectrice a mentionné qu’elle suivra cette affaire de près, que l’Université présentera ses condoléances à la famille et qu’elle sera présente lors des funérailles, dont la date n’est toujours pas connue.


 

Commentaires