/news/currentevents
Navigation

Pas la première fois

EMIRATES-ISRAEL/EU-STATEMENT
Mahmoud al-Mabhouh, chef du Hamas (sur la photographie).

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas la première fois que le nom du Canada fait surface dans l’affaire de l’assassinat par le Mossad du chef militaire du Hamas à Dubaï en 2010.

Ce n’est pas la première fois que le nom du Canada fait surface dans l’affaire de l’assassinat par le Mossad du chef militaire du Hamas à Dubaï en 2010.

En octobre 2010, le chef de la police de Dubaï, le lieutenant-général Dahi Khalfan Tamin, avait affirmé en entrevue à la chaîne de télévision Al Arabiya que les autorités canadiennes avaient arrêté un des 26 suspects recherchés dans l’assassinat.

Le haut gradé de la police avait dit que des diplomates canadiens lui avaient communiqué cette information durant l’été 2010. On lui aurait demandé de conserver cette information confidentielle. Il n’a pas eu de nouvelles depuis à ce sujet.

Le suspect arrêté par le Canada aurait fait partie d’une équipe du Mossad qui serait arrivé à Dubaï quelques jours avant l’assassinat survenu le 20 janvier 2010.

Il aurait été responsable de faire des préparatifs pour l’assassinat à l’Hôtel Al Bustan Rotana.

Il aurait quitté Dubaï juste avant le meurtre.

AFFAIRE INTERNATIONALE

L’assassinat du chef du Hamas a défrayé les manchettes dans le monde entier parce que l’équipe de tueurs a été aperçue à plusieurs reprises sur des caméras de vidéo-surveillance dans l’hôtel.

Le nom de l’agent du Mossad qui aurait été arrêté au Canada n’a jamais été dévoilé par le chef de police de Dubaï. Il a toutefois vivement et très publiquement critiqué le manque de transparence du Canada dans le dossier.

«Je suis étonné. Pourquoi cette tentative de cacher l’affaire dans ce dossier? Nous devons agir avec transparence, avec fiabilité et rapidité dans de tels cas», a dit le chef de police.

Les diplomates canadiens ont catégoriquement nié à l’époque avoir fait une arrestation. La Gendarmerie royale du Canada s’est toutefois refusée à tout commentaire à ce sujet.

- Avec la collaboration de Félix Séguin

Commentaires