/news/provincial
Navigation
Cliniques Zéro Gravité

Une faillite de plus de 2,6 M$

Zéro Gravité
Photo les archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Les quatre cliniques de chiropractie Zéro Gravité ont fait une faillite s’élevant à plus de 2,5 M$, laissant du coup peu d’espoir aux créanciers de remettre la main sur les sommes investies.

Fondées en 2005 par les chiropraticiens de Québec Yves Bélanger et Marc Bureau, les cliniques Zéro Gravité se présentaient comme «la solution incontournable aux maux de dos chroniques». L’entreprise, qui comptait des succursales à Québec, Montréal, Laval et Brossard, a fermé ses portes en décembre.

Selon les avis de faillite obtenus par le Journal, la société cumule un déficit de 2,5 M$ et compte une soixantaine de créanciers. La Caisse populaire Desjardins Des Rivières réclame l’une des sommes les plus élevées, soit 755 000 $. C’est ce créancier hypothécaire qui a pris en garantie les quelque 115 000 $ de biens que possédait l’organisation et qui les liquidera.

Les montants des autres créances varient de 40 $ à 800 000 $, cette dernière étant due à un particulier, domicilié aux Bahamas. La compagnie doit aussi des centaines de milliers de dollars en publicités diffusées dans les journaux et à la télévision. Des sommes de 100 000 $ et 35 000 $ sont respectivement réclamées par l’Agence du revenu du Canada et par Revenu Québec.

«Le gouvernement est prioritaire. Il risque de pouvoir toucher un peu de ces sommes-là, mais pas les autres créanciers. Il n’y aura pas de dividendes. On ne peut pas présumer de ça à l’heure actuelle», tranche Michel Paré, le syndic responsable de ces faillites, chez Mallette.

Faillites et blâmes

Les deux propriétaires ont eux aussi déclaré des faillites personnelles. Une fois leurs biens liquidés — d’une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars —, Yves Bélanger affichera un déficit de 85 000 $ alors que son associé, Marc Bureau, en devra 100 000 $.

Notons que les deux docteurs — qui ne pratiquent plus et qui ont demandé d’être retirés du tableau de l’Ordre des chiropraticiens — ont été reconnus coupables en 2007 et 2011 de différents manquements devant le Conseil de discipline. Tous deux ont été condamnés à payer des amendes de plusieurs milliers de dollars.

Ils avaient alors fait de «fausses représentations à plusieurs membres du public», en plus d’avoir fait pression sur eux afin qu’ils aient recours à leurs services. L’Ordre leur a aussi reproché d’avoir publié des «annonces publicitaires contenant des informations incomplètes, inexactes et susceptibles d’induire le public en erreur au sujet de l’efficacité des traitements».

Les clients enregistrés chez Zéro Gravité ont été dirigés vers la clinique chiropratique Maguire, qui a été nommée cessionnaire des quelque 11 000 dossiers, en leur possession depuis le 29 janvier.  

Commentaires