/news/health
Navigation
CHU de Québec

Opérations hors délais

bloc situation santé
Photo Archive / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 250 patients cancéreux du CHU de Québec ne seront pas opérés dans les délais prescrits de quatre semaines et certains devront même attendre jusqu’à six mois.

Plus de 250 patients cancéreux du CHU de Québec ne seront pas opérés dans les délais prescrits de quatre semaines et certains devront même attendre jusqu’à six mois.

Pour ceux dont l’état n’est pas jugé préoccupant, les délais peuvent s’étirer.

Une cinquantaine de ces patients souffrant de cancer n’ont toujours aucune date de fixée pour leur chirurgie, a constaté le Journal.

«Tous les cas urgents sont opérés rapidement. Parmi les patients hors délais, il s’agit surtout de cas en urologie et en gynécologie, de même qu’en dermatologie, à l’Hôtel-Dieu de Québec», précise la porte-parole du CHU de Québec, Geneviève Dupuis.

Chirurgie de Mohs

Jusqu’à 175 patients en attente d’une chirurgie de Mohs, pour un cancer de la peau, subissent ainsi des délais déraisonnables.

«Nous avons un problème d’effectifs au niveau de la dermatologie oncologique. Un poste est à combler à la suite d’un départ à la retraite survenu l’été dernier, tandis qu’une autre dermatologue est en congé de maternité jusqu’en avril», souligne Mme Dupuis.

Elle reconnaît que la situation n’est pas idéale pour ces dizaines de patients hors délais.

«On travaille là-dessus. À l’Hôtel-Dieu de Québec, il y a un manque de lits d’hospitalisation pour accueillir les patients opérés.

«Nous avons un projet de huit lits de court séjour, dédiés aux patients en urologie et en gynécologie, afin de réduire les listes d’attente», mentionne-t-elle.

Dentisterie

Par ailleurs, l’attente se prolonge en dentisterie, au CHUL, pour plus de 150 enfants lourdement handicapés.

Chez ces enfants, chaque soin dentaire, même de routine, nécessite qu’ils soient sous sédation en salle d’opération.

Or, les dentistes disposent d’à peine trois journées opératoires par mois, au CHUL, d’où cette longue liste d’attente.

«On regarde pour l’utilisation du bloc opératoire à l’Institut de santé mentale de Québec. Les soins dentaires prodigués à ces enfants requièrent toutefois un plateau technique et une expertise en pédiatrie, dont on doit tenir compte», formule Mme Dupuis.

Commentaires