/entertainment/movies
Navigation
300 : La naissance d’un empire

Les interrogations de Zack Snyder

Coup d'oeil sur cet article

LOS ANGELES | En 2006, le réalisateur Zack Snyder avait été à la fois choqué et ravi que 300 devienne un film grand public. Et c’est le même sort qui attend 300 : La naissance d'un empire.

LOS ANGELES | En 2006, le réalisateur Zack Snyder avait été à la fois choqué et ravi que 300 devienne un film grand public. Et c’est le même sort qui attend 300 : La naissance d'un empire.

«J’ai l’impression que les films de genre ont évolué. Les longs-métrages actuels sont tous des films de genre, alors, qu’avant, on avait les superproductions et “les autres”, les films de genre étant des films de série B», a indiqué Zack Snyder, coauteur et réalisateur de 300 et coauteur et coproducteur de 300: La naissance d'un empire.

«Désormais, les superproductions sont des films de genre. Ce sont eux qui, maintenant, engrangent l’argent», a-t-il dit lors d’une entrevue exclusive.

Pour des raisons évidentes, Zack Snyder et sa femme, la productrice Deborah Snyder, espèrent que 300: La naissance d'un empire deviendra un succès au box-office. Mais ils n’avaient aucune idée, il y a huit ans, que 300 deviendrait, non seulement un film culte, mais une superproduction.

«Nous croyions que nous étions en train de faire un long-métrage qui s’adressait à un petit groupe de cinéphiles. Nous pensions que c’était une espèce de film indépendant et que les studios Warner ne voulaient pas s’impliquer, préférant leurs gros canons comme Troie et Alexandre. Ils se disaient que le public allait se fatiguer des péplums.»

FRANCHISE

Mais les cinéphiles n’ont pas boudé 300 qui a engrangé pas moins de 456 M$ au box-office mondial, générant des millions supplémentaires en DVD, en Blu-ray et en téléchargements payants. Et quand on sait que 300 a été tourné dans un studio de Montréal pour 65 M$, on comprend qu’une suite ait généré l’intérêt des producteurs.

Or, le processus a pris huit ans et aurait pris encore plus longtemps si Zack Snyder avait voulu réaliser 300: La naissance d'un empire, lui qui est attaché au nouveau Superman, en 2013, quand Frank Miller a terminé la bande dessinée et que le réalisateur avait terminé d’écrire un premier scénario.

Le couple Snyder et leurs partenaires de production ont choisi Naom Murro, un cinéaste américano-israélien relativement inconnu pour reprendre les rênes de la franchise. Cela a aussi permis au couple de développer leur prochain film sur Batman et Superman, un scénario que Zack Snyder vient de terminer. Il a d’ailleurs promis quelques surprises concernant des personnages féminins qui gravitent autour des super héros.

BLOQUER L’INVASION PERSE

Comme l’original, le nouveau 300 est tiré d’un roman graphique de Frank Miller intitulé Xerxes. La bande dessinée, qui n’est ni une suite ni un antépisode, se déroule en même temps que la bataille des Thermopyles. Les Spartes affrontent les Perses venus les envahir.

Une petite flotte de navires grecs pour bloquer l’invasion perse. L’armée grecque est menée par l’Athénien Thémistocle (Sullivan Stapleton). 300: La naissance d'un empire raconte cette histoire vraie, mais de la même manière hautement stylisée que dans 300.

Zack Snyder a admis que certains des créateurs de 300: La naissance d'un empire voulaient se distinguer du premier film: «Je leur ai dit que c’était une erreur et que si on ne trouvait pas la même chose, le public serait furieux.»

Si Naom Murro avait filmé différemment les Spartes, les spectateurs auraient pu se sentir bernés, pensant qu’on a tourné l’action sur place, plutôt qu’en studio, ce qui est la signature de 300.

On retrouve le même souci de style dans 300: La naissance d'un empire. Et, comme l’original, le scénario est complexe. «C’est une histoire de sacrifice et on y parle aussi d’amour et de vengeance. Je crois que ces émotions sont universelles et qu’elles sont intemporelles», a commenté Deborah Snyder.

 

Commentaires