/homepage
Navigation
Psycho

Les amoureux à répétition

a

Coup d'oeil sur cet article

Force est de constater que la grande majorité des gens ont envie d’être aimés et de vivre une connexion unique. Tout notre système social et économique est basé sur la vie à deux et la vie de famille. L’amour est le moteur de la vie.

Actuellement, nous vivons une période de grande liberté individuelle. Les besoins du groupe comptent moins que les besoins de l’individu. Cela explique en partie la marée de ruptures amoureuses.

Dans le cadre de ma pratique de la psychothérapie, je reçois des individus qui se présentent dans un état de souffrance extrême à la suite d’une rupture amoureuse. Ils ont souvent à leur actif un nombre impressionnant de relations amoureuses passées. Comment expliquer que ces personnes vivent de multiples relations amoureuses de manière répétitive?

Pour la plupart des gens, le début amoureux est une étape intense et forte. Souvent, les personnes attirées par les émotions fortes s’accrochent à cette étape et se désintéressent de la personne aimée dès que l’intensité de la relation amoureuse diminue. Au suivant ou à la suivante... Pourtant, ces désillusionnés traversent quand même péniblement leurs ruptures amoureuses, qui sont accompagnées d’une consommation exagérée d’alcool et de drogues, de dépression, de maux physiques multiples, d’arrêt de travail et même parfois d’idées suicidaires. Cette manière de vivre est décidément énergivore.

En réalité, ces individus ont de la difficulté à faire le pont entre l’amour passionnel et le vrai amour. L’amour mature leur échappe.

La rupture propice

J’observe également une autre catégorie de personnes aux prises avec des relations amoureuses à répétition.

Je fais ici référence aux personnes relativement bien équilibrées, mais qui adoptent tout de même ce comportement des amours multiples, généralement après avoir vécu une rupture amoureuse.

Selon moi, dans ce cas, ce comportement peut être sain s’il est transitoire, particulièrement pour les personnes ayant une personnalité réservée ou timide. En effet, elles apprennent ainsi à se connecter avec d’autres personnes en dehors de leur réseau social tout en faisant le deuil de leur relation amoureuse récente. Ce passage leur permet de dépasser leurs limites relationnelles.

Au fond, elles adoptent ce comportement amoureux compulsif parce qu’elles ne se sentent pas prêtes à aimer de nouveau. Lorsque leur blessure d’amour sera guérie, elles cesseront ce comportement.

Attachement sain

Les individus capables d’un amour mature ont vécu un attachement sain avec leurs parents.

Durant leur enfance, on a bien pris soin d’eux tant sur le plan physique qu’affectif. Ils ont clairement senti qu’ils étaient aimés. Certains enfants sont moins chanceux et peuvent perdre momentanément leur bonne étoile au cours de leur développement. Perte de parents, maladie, abus physiques ou sexuels, etc. Mais ceux qui se sont sentis aimés auparavant par leurs parents sauront rebondir. Devenus adultes, ils éviteront les amours impossibles et douloureux.

L’empreinte du véritable amour vécu pendant leur enfance les conduira à choisir un amoureux sain et fiable.

Malheureusement, ce sont les individus qui n’ont pas connu d’attachement suffisamment sécurisant avec leur mère pendant leur tendre enfance qui risqueront de subir des amours impossibles, compliqués et torturés.

L’attraction sexuelle et l’état amoureux sont sources d’émotions fortes qui donnent aux personnes la sensation de se sentir plus vivantes. Or, l’individu aux prises avec un fort sentiment de vide incrusté en lui ressent le besoin d’anesthésier ce malaise en recourant aux sensations fortes des amours naissants. Évidemment, il a aussi tendance à multi­plier les relations extra-conjugales.

Malheureusement, cette manière de vivre conduit presque inexorablement à des états lamentables de souffrance. On peut penser qu’il répète de manière inconsciente la leçon de non-amour de son enfance.

Dans la même logique, les mal-aimés ont parfois tendance à changer souvent de psychothérapeute. Dès que leurs souffrances affectives diminuent un tant soit peu, ils interrompent le processus thérapeutique. Ils auraient pourtant particulièrement besoin d’apprendre que la prise de confiance en soi et en son potentiel d’amour peut exiger de passer du temps à dialoguer avec une même personne, justement…

On ne répare pas une grave carence d’amour en deux entrevues…

Commentaires