/travel
Navigation
Sur la route vers la Floride

Montréal > Floride

4 villes qui valent le détour

Coup d'oeil sur cet article

Vous prenez le volant jusqu’à la Floride? Pourquoi ne pas en profiter pour découvrir le chaleureux sud-est des États-Unis? Voici quatre destinations choisies dans quatre États différents.

1. NASHVILLE, TENNESSEE

Transit Montréal > Nashville

Voiture: 17 heures

Avion: Env. 5 heures (aucun vol direct)

En se promenant sur Broadway, même un lundi soir, on comprend tout de suite pourquoi Nashville a hérité du surnom de «Music City». De la musique sort de chaque porte de chaque bar de l’artère illuminée par des néons colorés. Du country, mais aussi du rock, du folk ou du blues.

En entrant au Robert’s, on capte l’essence même de la ville. La foule est bigarrée. De vrais cowboys et cowgirls, mais aussi quelques jeunes, barbe bien taillée, et des touristes venus découvrir l’institution western. La serveuse, vêtue d’une camisole noire et d’une jupe en jeans, accueille les visiteurs avec un large sourire sublimé par son rouge à lèvres écarlate. Sur scène, quatre musiciens et une chanteuse poussent des airs country.

Tout Nashville est musique. Les attractions principales le confirment. Un arrêt s’impose au Ryman Auditorium, l’une des salles possédant la meilleure acoustique dans le monde et où Patsy Cline, Johnny Cash et Dolly Parton, pour ne nommer que ceux-là, se sont produits. Les amateurs voudront aussi visiter le mythique studio B de RCA et le Country Music Hall of Fame.

On retrouve aussi à Nashville une touche grecque qui surprend, comme en fait foi l’architecture du Capitole – le Parlement du Tennessee –, du War Memorial, mais surtout de l’imposant Parthénon, dans Centennial Park, la seule réplique grandeur nature du monument athénien.

Mais Nashville n’est pas que tradition et ne se résume pas qu’à la musique. Des quartiers comme Germantown avec son Farmer’s Market (marché) et ses vieilles maisons, et The Gulch, où les vieux bâtiments industriels sont aujourd’hui entourés de condos modernes, montrent le nouveau visage branché de la ville.

Cinq choses à voir

► Broadway, avec ses bars, ses néons et ses boutiques western

► Centennial Park et son Parthénon

► Ryman Auditorium (116 5th Avenue N.)

► Le quartier historique de Germantown

► L’imprimeur Hatch Show Print (224 5th Avenue S.)

À goûter

► Le cheeseburger du Robert’s 416 Broadway)

► Le rosbif, les patates pilées et les fèves vertes du Arnold’s (605 8th Avenue S.)

► Le rôti braisé de Pinewood Social (33 Peabody Street)

► Le cupcake à la noix de coco de Cupcake Collection (1213 6th Avenue N.)

► La bière Evil Octopus IBA de la brasserie Mayday


​2. ASHEVILLE, CAROLINE DU NORD

Transit Nashville > Asheville

Voiture: 4,5 heures

Autobus: 7 heures (transfert à Knoxville, Tennessee)

La file devant le French Broad Chocolate Lounge, en plein centre-ville d’Asheville, est impressionnante en ce samedi soir. La boutique, qui crée ses délices chocolatés quelques coins de rue plus loin, est un repaire chouchou dans la petite ville de 85 000 âmes. À deux minutes de là, le nouveau bar The Imperial Life est bondé. On y sert surtout des cocktails, une idée presque farfelue ici, où la bière coule normalement à flots – Asheville étant la ville américaine comptant le plus grand nombre de microbrasseries par habitant.

Pas de doute, les résidents, composés autant de natifs que de greffons, aiment leur ville et souhaitent garder son cœur bien battant. On dévore d’abord Asheville avec les yeux. Les magnifiques Montagnes bleues (Blue Ridge Mountains) dessinent le panorama. Les options pour les escapades en plein air sont d’ailleurs nombreuses. Puis, on se laisse séduire par le ventre. La ville regorge de bons restaurants où les ingrédients locaux et les options santé dominent le menu.

Depuis peu, plus à l’ouest, les quartiers de River Arts District, où les galeries d’art et les studios d’artiste pullulent, et de West Asheville, porté par une population estudiantine dynamique, font qu’Asheville ne se résume plus qu’à son centre-ville et à sa nature environnante.

L’attraction la plus populaire d’Asheville demeure l’opulent manoir de Biltmore, la plus grande résidence privée aux États-Unis, située à quelques minutes du centre-ville. Une journée complète n’est pas de trop pour arpenter le terrain de 8000 acres, soit près de 6000 terrains de football.

Cinq choses à voir

► Le centre-ville

► River Arts District

► Biltmore Estate (1 Lodge Street)

► Grove Park Inn (290 Macon Avenue)

► Blue Ridge Mountains

À goûter

► Le fromage au pimento de Posana Cafe (1 Biltmore Avenue)

► Les artichauts frits de Plant (165 Merrimon Avenue)

► N’importe quel chocolat de French Broad Chocolate Lounge (10 S. Lexington Avenue)

► Une bière de la microbrasserie Hi-Wire au bar Imperial Life (48 College Street)

► Le latte du High Five Coffee Bar (190 Broadway)


3. CHARLESTON, CAROLINE DU SUD

Transit Asheville > Charleston

Voiture: 4 heures

Autobus: 6,5 heures

Charleston est charmante. Et elle sait faire de l’œil aux touristes. En direction du parc Battery, à la pointe de la vieille ville où se croisent les rivières Ashley et Cooper, les visiteurs sont nombreux à parcourir les rues bordées de maisons cossues et de magnoliers. Ici, rien ne dépasse. Tout est parfait.

Plus au nord, Charleston possède un charme tout différent. Les grandes demeures en bois flanquées de longs porches ne sont pas toutes en bon état. Mais plusieurs sont peu à peu rafistolées et l’embourgeoisement gagne clairement le cœur de la ville. Sur la rue King, qui traverse Charleston de haut en bas, on remarque bien le clivage. Au sud, les boutiques de grandes marques confirment qu’on est en territoire touristique. Mais au nord, les adresses indépendantes donnent une touche authentique à la visite.

Le long des rues Spring et Cannon, dans Cannonborough-Elliotborough, de nombreux commerces coquets sont apparus dans les dernières années. Ici, une chouette papeterie. Là, une boutique de vêtements pour hommes tendance. Les pâtisseries et les bonnes tables abondent. C’est le cas de Sugar, qui sert les meilleurs «cupcakes» en ville, et de Xiao Bao Biscuit, un resto-bar aux influences chinoises où les hipsters s’attablent.

L’une des plus vieilles villes américaines, où l’histoire commande majoritairement l’offre touristique, parvient donc à se renouveler et à se moderniser. Le pont Arthur Ravenel Junior, avec ses spectaculaires haubans blancs, en est aussi la preuve. Mais les références au passé ne sont jamais bien loin. Que ce soit dans ses cimetières centenaires ou sur les luxuriantes plantations de la région, Charleston parvient toujours à livrer une bonne leçon d’histoire.

Cinq choses à voir

► King Street

► Le quartier de Cannonborough-Elliotborough, avec ses boutiques et ses restaurants

► Le Waterfront

► Le pont Arthur Ravenel Junior

► Magnolia Plantation and Gardens

À goûter

► La salade de choux de Bruxelles de Xiao Bao Biscuit (224 Rutledge Avenue)

► Le «grits» (sorte de gruau de maïs populaire dans le sud-est) de Hominy Grill (207 Rutledge Avenue)

► Le «cupcake» au caramel de Sugar (59 Cannon Street)

► Le banh mi au poulet et à la citronnelle de Bon Banh Mi (162 Spring Street)

► La bière de la microbrasserie sud-carolinienne Founders au Belmont (511 King Street)


​4. SAVANNAH, GÉORGIE

Transit Charleston > Savannah

Voiture: 2 heures

Train: 2 heures

Les jeunes étudiants du SCAD se sont réunis au Hang Fire, un bar du centre-ville au décor simpliste. Le SCAD, c’est le Savannah College of Art and Design, un établissement qui a étendu ses tentacules partout en ville et qui fait que Savannah, très tournée sur son histoire, possède une petite touche moderne. «Sans le SCAD, Savannah serait une ville fantôme», ironise à peine une agente de sécurité gardant l’un des bâtiments du collège.

Avec son campus, ses nombreuses galeries, ses théâtres et ses restaurants, on croirait presque que le SCAD est propriétaire de Savannah. Mais les vrais maîtres, ici, ce sont les immenses chênes centenaires qui dominent les squares et autres parcs de la vieille ville de la Géorgie. Leurs branches, ornées de mousse espagnole en quasi-permanence, se tortillent au-dessus de la tête des passants.

Si le front de mer a pris des allures très touristiques, le cœur de la ville demeure très charmant. Savannah serait la première ville à avoir été aménagée aux États-Unis. En ont résulté 24 squa­res parfaitement alignés dont 22 subsistent aujourd’hui. Tous valent le détour, tout comme l’immense Forsyth Park, le Central Park de Savannah.

Il vaut la peine de s’aventurer au sud du parc, dans le quartier plus résidentiel de Metropolitan, qui n’apparaît pas sur la plupart des cartes touristiques. Des adresses, comme la pâtisserie Back in the Day ou le café Foxy Loxy Print Gallery and Cafe, ne font partie du quotidien des gens de la place pour rien.

Cinq choses à voir

► Forsyth Park

► Les squares de la ville

► Le Waterfront

► Le SCAD Museum (601 Turner Boulevard)

► Le quartier de Metropolitan, au sud de Forsyth Park

À goûter

► Le sandwich Conquistador au Zunzi’s (108 E. York Street)

► La crème glacée à la noix de coco ou aux pistaches de Leopold’s (212 E. Broughton Street)

► Le biscuit mexicain au chocolat de Back in the Day (2403 Bull Street)

► Le latte de Coffee Fox (102 W. Broughton Street)

► La bière Bad, Bad Cascade Brown de la brasserie Southbound à la boutique The Beer Growler (102 E. Liberty Street)


> Pour terminer

Transit Savannah > Orlando

Voiture : 4 heures Train : 6 heures

Transit Savannah > Miami

Voiture : 7 heures Train 12 heures

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.